Notre approche

Notre approche

Pour garantir l’équilibre entre la ville et la nature en Île-de-France, l’AEV mène depuis plus de 40 ans une démarche collaborative et volontariste, à travers 8 approches clés.

Une action foncière unique

L’action foncière est un levier essentiel pour répondre aux priorités régionales : limiter la carence en espaces verts, favoriser le maintien de l’agriculture, préserver la biodiversité et lutter contre l’artificialisation des sols. Dans le cadre de sa mission générale de préservation et de valorisation des espaces naturels, agricoles et forestiers d’Île-de-France, l’Agence des espaces verts a la capacité d’acquérir des terrains pour le compte de la Région.

L’AEV a recours à la maîtrise foncière pour plusieurs motifs :

  • la protection des espaces et leur inconstructibilité sur le long terme au-delà des documents d’urbanisme locaux et
  • des protections réglementaires qui peuvent s’avérer insuffisantes à différents titres (classement des sites, arrêtés de biotope, espace boisé classé, etc.) par rapport à la dégradation des espaces (décharges, abandon, etc.) ;
  • la mise en œuvre de nouveaux projets d’aménagement d’espaces de nature ouverts au public.

L’AEV peut ainsi acquérir :

  • par voie amiable, avec le concours de la SAFER ou celui de Grand Paris Aménagement ; en particulier la convention de partenariat avec la SAFER permettant la réalisation d’une veille foncière sur les terrains agricoles menacés par l’urbanisation et/ou ne trouvant pas de repreneur. L’acquisition n’est toutefois pas systématiquement recherchée ;
  • par l’exercice du droit de préemption au titre des Espaces naturels sensibles (ENS), délégué à l’AEV par les départements (38 zones de préemption au profit de l’AEV) ;
  • par voie d’expropriation (Déclaration d’Utilité Publique) ;
  • exceptionnellement, par voie d’adjudication, suite à des ventes ou des liquidations judiciaires.

Au sein d’un Périmètre régional d’intervention foncière (PRIF), ces différentes procédures peuvent être mises en œuvre simultanément ou successivement.

L’action foncière de l’AEV répond aux enjeux présents mais doit aussi anticiper les enjeux à venir. Aujourd’hui, elle permet de préserver les derniers grands massifs forestiers de la Ceinture verte, d’offrir des parcs et des espaces de nature aux Franciliens, de contribuer au maintien de l’agriculture en zone périurbaine et de renforcer les fonctionnalités environnementales des espaces naturels.

Parmi les grands projets d’acquisitions foncières en cours : le Bois Saint-Martin (93 et 94), la Butte Pinson (95), la Tégéval (94), l’Hurepoix (91) ou encore la Butte de Marsinval (78).

La gestion multifonctionnelle et la conciliation des usages

La conciliation des usages est un enjeu majeur sur lequel l’AEV se mobilise.
Métier historique de l’Agence, la gestion forestière, en accord avec la stratégie régionale pour la forêt et le bois, vise à concilier l’ensemble des usages d’une forêt. Lieux de promenade, de détente et de loisirs, mais aussi réservoirs de biodiversité et ressources pour la filière bois régionale, les forêts publiques assurent en effet plusieurs fonctions, impliquant la mise en œuvre d’une gestion multifonctionnelle exemplaire.

Pour l’Agence des espaces verts, tout l’enjeu est de parvenir à rendre compatibles, sur un même territoire, les diverses fonctions sociales, environnementales, économiques, mais aussi culturelles et paysagères, pouvant être parfois contradictoires.

En application du code forestier, le document d’aménagement forestier définit des stratégies d’aménagement et d’évolution propres à chaque forêt, en considérant l’ensemble de ses fonctions. Ce document est rédigé par l’Office national des forêts (ONF) suite aux orientations fixées par l’AEV, appuyées par diverses études préalables – paysagères, écologiques, urbanistiques, historiques, etc. – menées par l’Agence. Les interventions qui en découlent, programmées sur 10 à 20 ans, peuvent être variées : travaux sylvicoles, réhabilitation d’espaces dégradés, etc. Les préconisations du document d’aménagement forestier soutiennent également la mission d’accueil du public de l’AEV à travers notamment des aménagements (réfection de grands axes forestiers, installation de mobiliers d’accueil, sécurisation de sentiers…) et des travaux de requalification paysagère.

Conformément à la mission de l’AEV, les forêts régionales sont destinées à être ouvertes au public, tout en protégeant leur biodiversité et en préservant l’équilibre de leur écosystème, souvent fragile.

  • Pour entretenir la forêt, sécuriser la promenade et permettre le renouvellement des boisements par semis naturel, des coupes de bois en futaie irrégulière sont ainsi réalisées sur certaines parcelles. Grâce à un suivi continu, la sylviculture irrégulière permet de concilier les trois fonctions principales d’une forêt, notamment à travers :
    • des coupes éparses (absence de coupe rase, passagèrement impactante), minimisant fortement l’impact paysager,
    • la gestion d’une plus grande diversité d’essences forestières et de tout âge, conférant une meilleure adaptation aux changements, qu’ils soient climatiques ou économiques,
    • l’accompagnement de processus spontanés, limitant le recours à de lourds travaux sylvicoles.

Les périodes d’interventions sont calées sur les cycles biologiques (hors périodes de reproduction par exemple) ; des îlots de bois mort sont par ailleurs laissés en place pour participer à la régénération de l’humus.

En savoir plus sur la gestion forestière >

  • L’équilibre forestier, et plus généralement la gestion de ces espaces naturels, peut être par ailleurs menacé par la présence d’une population trop importante de grand gibier (sangliers, chevreuils, cerfs), dépourvue de prédateurs naturels en Île-de-France et présentant des taux de reproduction élevés. Les chasses de régulation participent au maintien de cet équilibre, assurent la sécurité de tous et limitent les dégâts causés par cette grande faune sur les cultures et les infrastructures situées à proximité. En savoir plus sur la gestion cynégétique

L’application du régime forestier par l’ONF fait de lui un acteur central de la gestion sylvicole, garantissant la durabilité des opérations définies par l’AEV.

Nos agents de terrain prennent par ailleurs en compte l’ensemble des usages de chaque forêt régionale et sont garants du respect des différentes règlementations locales, dès la conception des aménagements. Ils sont par ailleurs au contact des habitants, des élus et des partenaires ce qui permet d’intégrer, dans sa gestion, les multiples enjeux et attentes au sein d’un même territoire.

Certifications forestières : une gestion exemplaire des forêts régionales

Dans ces environnements majoritairement péri-urbains, le maintien d’une gestion durable multifonctionnelle ne peut se faire sans l’association des différents usagers, et la garantie d’une gestion durable sur ces espaces. C’est dans ce cadre que l’AEV s’est lancée depuis 2009 dans les certifications forestières PEFCTM puis FSC®.
En apportant de la transparence auprès du grand public et en couvrant l’ensemble des aspects liés à la gestion multifonctionnelle des forêts régionales, les certifications PEFCTM et FSC® permettent d’attester de la qualité de la gestion mise en place par l’Agence, de maintenir les coupes sur des espaces particulièrement sensibles et de mieux valoriser les produits issus des coupes. En se plaçant dans une démarche de suivi et d’évaluation continue, la certification FSC® constitue également un moteur de perfectionnement constant des pratiques de l’Agence.

100%

de la surface des forêts régionales gérées par l’AEV sont certifiées PEFC™

68%

de la surface des forêts régionales gérées par l’AEV sont certifiées FSC®

Une biodiversité préservée

La grande majorité des espaces naturels régionaux sur lesquels l’AEV intervient sont des réservoirs de biodiversité.

Via l’action foncière, la restauration écologique, la gestion des sites mais aussi l’ingénierie au service des collectivités locales de la région, l’AEV contribue à préserver des sites naturels d’enjeu régional, en accord notamment avec le schéma régional de cohérence écologique (SRCE) et la politique Réserves naturelles régionales. L’AEV s’engage dans des actions répondant aux objectifs de la Stratégie régionale pour la biodiversité.

Les actions clés de l’AEV en matière de préservation de la biodiversité :

  • Mener des études et des suivis écologiques : l’AEV contribue à une meilleure connaissance de la biodiversité francilienne sur l’ensemble des sites gérés. Cette connaissance guide le choix d’aménagement, de gestion, de fréquentation et d’usage des espaces naturels ;
  • Gérer 5 Réserves naturelles régionales et animer 3 sites Natura 2000 pour préserver des habitats et des espèces de faune et de flore menacées à l’échelle régionale, tout en promouvant les liens entre activité humaine et biodiversité (En savoir plus) ;
  • Mettre en œuvre des plans de gestion éco-responsables sur les propriétés régionales ;
  • Créer, restaurer et gérer les milieux (forêts, zones humides, landes, pelouses calcicoles, etc.) ;
  • Soutenir les collectivités territoriales dans leurs actions de préservation des espaces fragiles ;

L’AEV intervient également dans le cadre du dispositif éviter-réduire-compenser, en tant que partenaire exigeant de maîtres d’ouvrage.

En plus de préserver la faune, la flore et les milieux des espaces qu’elle gère, l’action de l’AEV consiste aussi à réhabiliter des friches, à lutter contre l’érosion des sols et à restaurer des continuités écologiques.

Une agriculture durable, économiquement viable et en accord avec les enjeux du territoire

En accord avec les objectifs du Pacte agricole régional 2018-2030, l’AEV assure trois missions principales :

  1. Garantir le maintien des terres agricoles franciliennes, à travers :
    • la sensibilisation des collectivités ;
    • la réalisation d’une veille foncière en partenariat avec la SAFER d’Île-de-France visant à préserver le foncier agricole.
  1. Favoriser l’installation d’agriculteurs en zone périurbaine, dont les activités sont compatibles avec les enjeux du territoire et économiquement viables, à travers :
    • l’achat de terres agricoles mises en vente au sein des Périmètres régionaux d’intervention foncière (PRIF) et sans repreneur puis leur location aux agriculteurs porteurs de projets retenus (baux ruraux long terme de 9 ou 18 ans). En savoir plus
    • l’achat temporaire de terres agricoles mises en vente sur l’ensemble de la région en partenariat avec la SAFER de l’Île-de-France, dans le cadre du dispositif de portage foncier « Île-de-France, terre d’installation agricole » et la revente de ces terres aux agriculteurs porteurs de projets retenus. En savoir plus
  1. Encourager une agriculture durable et diversifiée, à travers :
    • le développement de modes de gestion écologique (pâturage extensif) ;
    • la sélection de projets agricoles compatibles avec les enjeux environnementaux et paysagers du site (Réserves naturelles régionales, sites classés, sites Natura 2000, etc.).

Ces actions permettent notamment d’aider au renouvellement des générations d’agriculteurs, de participer à la relance d’une activité agricole en déprise et de permettre aux agriculteurs franciliens d’accéder à une stabilité foncière.

Renaturer et aménager des espaces délaissés ou clos pour les ouvrir au public

De nombreux sites au passé industriel ont été délaissés en Île-de-France. Gravières, sablières, carrières de gypse… À la charnière de plusieurs quartiers, à l’intersection de plusieurs villes, ils sont la plupart du temps inconstructibles, « éventrés », pollués, chahutés. Jusqu’à leur acquisition par l’Agence des espaces verts. Le but ? Entamer leur reconquête paysagère, écologique et sociale pour proposer aux Franciliens de nouveaux espaces de respiration et améliorer leur cadre de vie.

Se situant souvent dans des secteurs carencés en espaces verts, ces espaces réhabilités constituent aujourd’hui des maillons essentiels de la Ceinture verte d’Île-de-France.

Les reconquêtes paysagères, sociales et écologiques sont des projets au long cours, passant généralement par des chantiers d’envergure. Ils sont précédés par la réalisation d’études, de diagnostics thématiques (écologiques, pédologiques, historiques, paysagers…) et consistent en d’importants travaux de dépollution puis d’aménagement visant la renaturation du site, son équipement pour l’accueil du public et la mise en valeur de points de vue.

Un savoir-faire unique mis en œuvre par l’AEV consiste à créer de nouveaux milieux en partant de l’existant :

  • Pour chaque projet, les paysagistes de l’AEV sculptent le sol des sites pour retrouver une topographie sans fracture et accessible à tous.
  • Les projets d’aménagement veillent à conserver autant que possible la végétation en place afin de garder le dynamisme écologique des habitats. Les nouvelles plantations sont essentiellement des espèces naturelles d’Île-de-France. Elles sont choisies pour leur résistance aux changements climatiques observés, leur potentiel écologique vis-à-vis de la faune et leur qualité esthétique (fleurs, fruit, écorce, couleurs automnales).
  • Lors des chantiers, l’exportation de matériaux en décharge est limitée au maximum : cette gestion au plus près des volumes de déblais mis en remblais sur site permet d’optimiser les coûts et de limiter la circulation des camions dans les agglomérations.

Quelques anciens sites industriels sécurisés, aménagés et ouverts au public grâce aux actions de l’AEV : Butte Pinson, Buttes du Parisis (Butte d’Orgemont, Butte des Châtaigniers), Réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux

Une nature accessible à tous

À travers plusieurs dispositifs, l’AEV a pour objectif d’ouvrir et de faire connaître au plus grand nombre ses espaces naturels régionaux, en cherchant à répondre aux attentes de tous les usagers.

  • Des aménagements indispensables pour rendre accessible et faire découvrir les espaces naturels régionaux au plus grand nombre : L’aménagement d’accès et de cheminements au sein des propriétés régionales ainsi que la mise en place de panneaux d’information à destination du public favorisent l’accès aux espaces verts et leur découverte.

  • Une présence quotidienne sur les espaces naturels régionaux
    Avec plusieurs millions de visiteurs chaque année dans les forêts régionales, l’accueil du public est primordial. L’AEV pratique des tournées de surveillance sur l’ensemble de ses espaces naturels régionaux pour veiller à la sécurité de chacun, informer les usagers, prévenir les atteintes aux milieux naturels et alerter en cas de dégradation. À cet effet, l’Agence dispose notamment d’une brigade équestre : un mode de surveillance qui offre l’avantage de pouvoir parcourir les sentiers inaccessibles aux véhicules, tout en limitant l’impact sur la biodiversité et les nuisances sonores. Les chevaux sont également un bon moyen d’ouvrir le dialogue avec les promeneurs ! Des brigades VTT viennent par ailleurs renforcer les effectifs à cheval.

  • Natur’Box : Pour faire découvrir aux Franciliens la nature qui les entoure, l’AEV publie chaque année sa Natur’Box. Menées en partenariat avec des associations locales, plus de 150 animations nature entièrement gratuites invitent petits et grands à découvrir le patrimoine naturel partout en Île-de-France.
  • De nouveaux outils numériques pour découvrir autrement les espaces naturels régionaux : L’AEV a développé, en partenariat avec l’ONF, les Départements des Yvelines et de Seine-et-Marne, l’application mobile Balade Branchée. Totalement gratuite, cette appli propose plus de 50 balades guidées et commentées en Île-de-France.
    Pour compléter son offre de découverte, l’Agence met à disposition gratuitement des plans de ses forêts régionales, avec notamment des propositions de parcours.

Des actions menées main dans la main avec les acteurs locaux

L’association des parties prenantes – acteurs locaux, associations, riverains, etc. – au devenir des espaces naturels régionaux et aux actions de l’AEV est primordiale. L’Agence a ainsi mis en place plusieurs dispositifs :

  • Travail en lien étroit avec de nombreuses collectivités et organismes publics : En complément du développement de l’offre en espaces verts, l’AEV soutient les collectivités territoriales et les partenaires de l’aménagement du territoire souhaitant mener une politique locale de création d’espaces verts, à travers :
    • l’attribution de subventions dans le cadre des appels à projets du Plan vert d’Île-de-France portés conjointement avec la Région (instruction des dossiers déposés) ;
    • le partage de conseils et de bonnes pratiques ;
    • la collaboration avec les départements pour la mise en place d’Espaces naturels sensibles (ENS), avec les intercommunalités sur les projets de trames vertes et bleues, avec les communes et syndicats pour la mise en place de programmes de valorisation des espaces naturels boisés ou humides, avec les parcs naturels régionaux (PNR), avec les Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE), etc.
  • Agriculture : dans le cadre de sa mission d’aide à l’installation d’agriculteurs, l’AEV échange en amont, avec les communes concernées, sur les objectifs et les attentes du territoire en matière de production agricole en cohérence avec les enjeux du territoire.
  • Comité des usagers : regroupant, entre autres, les associations de protection de la nature et l’environnement, les usagers et riverains, les communes, les chasseurs, ces comités constituent aujourd’hui un rendez-vous pour créer et maintenir du lien localement, co-construire des projets d’aménagement et répondre aux attentes de l’ensemble des parties prenantes.
  • Conventions avec les associations locales : dans une démarche de sensibilisation des Franciliens, l’AEV passe des conventions avec les associations locales pour l’animation de ses sites (Natur’Box). Avec ces sorties nature, l’AEV souhaite favoriser l’appropriation des enjeux écologiques d’un espace naturel par les habitants du secteur.
  • Information des riverains : en réponse aux divers besoins identifiés par les agents de terrains, l’AEV informe les usagers (panneaux sur site, communication via les bulletins municipaux et les réseaux sociaux) en partageant le devenir des espaces naturels et les objectifs des projets menés (aménagements de chemins, travaux de restauration écologique, coupes…).

Dans une logique d’amélioration continue, l’AEV a à cœur de considérer les remarques et les propositions de l’ensemble de ses parties prenantes.
Pour toute question ou réclamation, merci de remplir le formulaire de contact en ligne.
La procédure de gestion des plaintes de l’AEV est accessible ICI.

POUR EN SAVOIR PLUS