Catégories
Agriculture Événement Non classé Paysage

L’avenir de la Plaine de Montjean se dessine

L’avenir de la Plaine de Montjean se dessine

La Fête des jardins organisée le mois dernier à Rungis a marqué le coup d’envoi d’un projet partenarial d’envergure destiné à valoriser la plaine agricole de Montjean (94). Bruno Marcillaud, maire de Rungis, Philippe Helleisen, directeur général de l’AEV et Sandy Messaoui, directeur de projet à Grand Paris Aménagement, en charge de l’agroquartier de Montjean, ont ainsi pu présenter en avant-première ce projet au public, lors de visites guidées. Entre pérennisation de l’activité agricole, amélioration du cadre de vie et restauration de la biodiversité, l’AEV, pilote du projet, fait le point sur le devenir de ce lieu d’exception, au carrefour de multiples enjeux.

À 7 km du centre de Paris, à la croisée des communes de Rungis, Fresnes, Wissous et à proximité immédiate du Marché d’intérêt national de Rungis, ces 30 hectares de terres agricoles d’une qualité exceptionnelle en étonnent plus d’un. Bordé d’importantes infrastructures de transports comme l’aéroport d’Orly, l’Orlyval ou encore les autoroutes A86 et A6, l’espace naturel agricole, qui jouxte un tissu urbain dense rassemblant un bassin de plus de 40 000 consommateurs potentiels, est un site hors du commun.

Projection – Plaine de Montjean – Crédit : AEV / Antoine Derrien

Pérenniser et dynamiser l’activité agricole de la plaine

À ce jour, deux maraîchers et arboriculteurs bio sont installés sur la plaine grâce à l’accompagnement de l’AEV et de la mairie de Rungis. À terme, ce seront 3 projets supplémentaires de maraîchage et jusqu’à 3 autres activités agricoles (fleurs coupées, plantes aromatiques, élevage…) qui viendront s’ajouter.

L’AEV, propriétaire majoritaire (22 hectares), et la mairie de Rungis (0,5 hectare et des bâtiments) ont ainsi pour ambition de pérenniser et dynamiser cette activité au sein de la plaine, de la manière la plus vertueuse possible, notamment à travers :

– l’installation d’agriculteurs bio favorisant les circuits courts qui pourraient trouver, au sein même de ce tissu urbain, un bassin de consommateurs adeptes de produits locaux ;

– le recyclage des eaux de pluie, issues essentiellement du centre horticole de la Ville de Paris et de l’agro-quartier actuellement en cours de construction par Grand Paris Aménagement, pour l’irrigation des terres cultivées ;

– la restauration de la biodiversité, à travers la restauration de 2 000 m2 de zones humides et la création d’un réseau de haies entre les parcelles agricoles.

Un nouveau cadre de vie dès 2022

Offrir un meilleur cadre de vie aux riverains de la plaine de Montjean – et au public plus généralement – constitue l’autre cheval de bataille de l’AEV et de la mairie de Rungis. Ce challenge est en passe d’être relevé grâce à de nombreux aménagements, mis en place dans le respect de l’activité agricole et des qualités paysagères du site. Ce sont ainsi près de 4 km de circulations douces mais aussi la plantation de 1 500 arbres et 3 000 arbustes qui viendront habiller cette plaine dès 2022.

Les chemins agricoles, véritables boucles de promenade accessibles aux piétons et aux cyclistes, ponctuées de bancs, de tables de pique-nique, de signalétique et de panneaux d’information, inviteront les promeneurs à s’approprier à leur manière cette plaine agricole, vivier de biodiversité et nouvel espace de respiration.

Un cadre de vie qui devrait être apprécié des nouveaux résidents des 250 logements de l’agro-quartier, situé en lisière de la plaine de Montjean, et constitué d’îlots de petite taille, ouverts sur des allées-prairies et accueillant des jardins familiaux. Cet agro-quartier, piloté par Grand Paris Aménagement (EPA ORSA), sortira de terre en 2023 et conduira à la plaine cultivée.

Le projet de la plaine de Montjean est ainsi une parfaite illustration de la dynamisation de l’agriculture périurbaine francilienne et de l’équilibre entre ville et nature, qui sont au cœur de l’action de l’AEV. Sa concrétisation est rendue possible grâce aux partenariats noués et aux synergies développées avec la mairie de Rungis, Grand Paris Aménagement, le Conseil départemental du Val-de-Marne et la Ville de Paris.