Catégories
Événement Forêt

De l’importance de protéger les arbres en Île-de-France…

De l’importance de protéger les arbres en Île-de-France…

Le 22 janvier 2020, la cérémonie de remise des prix de la 8ème édition du concours « Arbre de l’année » a permis de récompenser deux arbres, à travers le prix du jury et le prix du public 2019. Parmi la centaine d’arbres présentés cette année au concours, quatorze avaient été sélectionnés pour porter les couleurs de leurs régions, parmi lesquels le Chêne des six frères (Dourdan, Essonne) représentant fièrement l’Île-de-France.

Chêne de Tombeboeuf (Lot-et-Garonne, Nouvelle Aquitaine) – Prix du Jury 2020

Pour cette nouvelle édition, c’est le Chêne de Tombeboeuf (Lot-et-Garonne, Nouvelle-Aquitaine), qui a remporté le prix du jury, composé du magazine Terre Sauvage, de l’Office national des forêts, de l’association A.R.B.R.E.S, de la Ligue de Protection pour les Oiseaux et de l’Agence des espaces verts de la Région d’Île-de-France.

Avec ses 40 mètres d’envergure et ses 300 ans d’existence, il en impose… Siégeant au milieu d’une prairie, il abrita longtemps les vaches de la ferme de Roger Monchany, son propriétaire bienveillant. Venant encore parfois y séjourner à la fraîcheur de son immense frondaison, ces vaches l’ont sculpté pendant des décennies lui donnant ainsi son aspect si particulier de « chêne champignon ». Le temps poursuit son œuvre, amenant aujourd’hui ses branches multi-centenaires à se poser au sol.

Fin du suspense aussi du côté des internautes : avec 7 560 votes, soit plus de 25 % des voix, le Hêtre de Saint-Jammes de Bezaucelle (Tarn, Occitanie) se voit décerner le prix du public tant convoité ! Il aura l’honneur de représenter la France au concours de l’Arbre européen de l’année dont les votes seront ouverts en février (www.treeoftheyear.org). Né dans la seconde moitié du XVIème siècle, cet arbre est le plus vieux de la Montagne Noire. Témoin silencieux de la joie ou la peine, il porte le nom d’une chapelle préromane sur laquelle il veille depuis 450 ans où baptêmes, mariages, sépultures et autres rassemblements étaient autrefois célébrés. Non loin du chemin de Saint Jacques de Compostelle, il constituait pour les pèlerins une halte salutaire.

Le choix fût si ardu cette année que le jury a décerné un prix coup de cœur aux platanes d’Augy (Yonne, Bourgogne Franche-Comté). Le plus imposant d’entre eux aurait 350 ans. Du haut de ses 30 mètres, ce platane magnétique surplombe un lac auprès duquel il s’approvisionne en eau : jusqu’à 200 litres par jour en plein été !

Pourquoi décerner des prix à des arbres ?

En publiant la première liste rouge des arbres européens, l’UICN a tiré la sonnette d’alarme : près de 40 % des espèces d’arbres originaires d’Europe sont mises en péril par l’urbanisation, le changement climatique, l’exploitation non durable des forêts, les espèces invasives ou encore les maladies et les parasites. Il est aujourd’hui primordial de sensibiliser le public sur les bienfaits des arbres et la nécessité de les protéger.

Lancé il y a maintenant 8 ans et surfant sur le succès des « Miss France », le concours « Arbre de l’année » vise, à travers la médiatisation d’arbres remarquables, à faire connaître la richesse de la nature qui nous entoure et les multiples services rendus par les arbres. Essentiels à l’amélioration du cadre de vie des Franciliens et assurant un rôle social, historique, patrimonial et surtout environnemental, les quelque 200 millions d’arbres[1] de la Région Île-de-France jouent un rôle clé dans la préservation de l’équilibre entre la ville et la nature. C’est donc tout naturellement que l’Agence des espaces verts d’Île-de-France est devenue l’opérateur régional du concours « Arbre de l’Année ».

Engager une démarche de protection

Elle participe par ailleurs activement au comité régional de l’arbre remarquable. La Région, en collaboration avec l’association A.R.B.R.E.S., a inventorié une première série de 132 arbres remarquables sur l’ensemble de son territoire. Ils ont été labellisés en fonction de leur âge, leurs dimensions, leurs localisations mais aussi des légendes qui les entourent. Il ne s’agit pas seulement d’un panorama des plus beaux spécimens ; cette démarche contribue à les protéger. Un geste en retour bien naturel quand on saisit l’importance des arbres dans nos vies et qu’on mesure l’ampleur de leurs apports, qui plus est dans une région fortement urbanisée.

[1] Source : https://www.iledefrance.fr/la-region-va-proteger-et-valoriser-132-arbres-remarquables-franciliens