Catégories
Forêt Infos pratiques

Feux de forêt : ayons les bons réflexes !

Feux de forêt : ayons les bons réflexes !

Le saviez-vous ? 9 feux de forêt sur 10 sont d’origine humaine ! La sécheresse qui sévit en France aggrave le risque de départ de feu. La moindre étincelle ou le moindre mégot peut être à l’origine d’une catastrophe. Aujourd’hui placé en alerte canicule par Météo France, l’ensemble du territoire est particulièrement vulnérable face au risque d’incendie de végétaux, qu’il s’agisse de forêts, de prairies ou de friches. Ensemble, ayons les bons réflexes pour éviter les départs de feu et protéger nos forêts !

Un épisode caniculaire précoce et intense s’étend sur une grande partie du pays.

Le risque de feux majoritairement d’origine humaine

L’activité humaine est la principale cause de déclenchement d’incendies – 90% des départs de feu – que ce soit du fait d’une activité économique (chantiers de BTP, activités agricoles…) ou bien d’une activité du quotidien (mégots de cigarettes, barbecues ou feux de camps). La moitié de ces feux d’origine anthropique sont dus à des imprudences et à des comportements dangereux, aussi bien de touristes que de riverains. Plus de 50% des départs de feux pourraient être évités en appliquant les bons gestes au quotidien.

Les bons réflexes en forêt :

  • Ne pas fumer ni jeter ses mégots en forêt 
  • Ne pas allumer de feux de camps, ni barbecue
  • Ne pas faire de bivouacs
©Ministère de la Transition écologique

Que faire en cas de départ de feu ?

  • Alerter : témoin d’un début d’incendie, je donne l’alerte en appelant le 112, le 18 ou le 114 (personnes malentendantes) et j’essaie de localiser le feu.
  • Se protéger : je me mets à l’abri dans une habitation en attendant l’intervention des secours. La voiture n’est pas un abri sûr car elle pourrait s’enflammer.
  • S’informer : je reste informé de la situation et me conforme aux consignes des secours et/ou de la mairie.

Plus d’informations : https://www.ecologie.gouv.fr/feux-foret-et-vegetation

Catégories
Forêt Infos pratiques Nature

« La tique et la chenille » ou la vertu de prudence

« La tique et la chenille » ou la vertu de prudence

Elles auraient pu être les figures d’une fable de Jean de La Fontaine dont la moralité aurait été de nous inciter à la prudence. L’une est la chenille, dite “processionnaire” ;  l’autre, la tique. Toutes deux sont des insectes qui ne se connaissent pas. Elles ont pourtant en commun d’être très nombreuses dans nos forêts et de présenter quelques désagréments, parfois même un risque pour la santé. Pas question pour autant qu’elles gâchent notre plaisir ! Prenez donc le temps de mieux connaître ces petites bêtes-là pour des balades sereines et averties.

Le réchauffement climatique pourrait expliquer en grande partie que la tique et la chenille processionnaire se propagent, du sud vers le nord, et atteignent des régions encore épargnées il y a quelques années. C’est le cas de l’Île-de-France et même de Paris intra-muros où, fait inédit, des observateurs se sont étonnés de trouver des chenilles dès 2015. L’une comme l’autre sont des espèces envahissantes, et très actives du printemps jusqu’à l’automne. Qui sont-elles exactement ?

Les chenilles processionnaires du chêne

À l’état de chenilles de mars à mi-juillet, les « processionnaires du chêne » forment le papillon de l’espèce Thaumetopoea processionea L. Ces insectes font pleinement partie de l’écosystème forestier en constituant notamment une ressource alimentaire importante pour les oiseaux, les mésanges et certains autres insectes. Cependant, en se multipliant comme les chenilles du pin, elles posent de véritables problèmes d’ordre sanitaire touchant les arbres, les hommes et les animaux. Leurs nids, composés de fils soyeux, se situent sur le tronc et peuvent atteindre plus d’un mètre de long. Après éclosion, les chenilles sont identifiables à leur façon de se déplacer les unes derrière les autres en grandes colonies. Elles se nourrissent de jour comme de nuit du feuillage de leur arbre hôte qu’elles affaiblissent.

Les chenilles sont redoutées de l’homme pour leurs poils urticants très allergènes et volatils qu’elles peuvent libérer dans l’air pouvant provoquer des démangeaisons, des atteintes oculaires ou des difficultés respiratoires. Ces soies urticantes sont disséminées par le vent pendant tout l’été. Les restes de nids, accrochés sur les grosses branches et les troncs, conservent leur potentiel d’urtication même pendant l’hiver.

Les bons réflexes :

  • Évitez d’approcher une colonie de chenilles ou leur nid.
  • Soyez particulièrement attentifs aux enfants et animaux de compagnie.
  • Dans un secteur forestier très impacté, équipez-vous de manches longues, d’un pantalon et de chaussures montantes.
  • Évitez les forêts infestées par forte chaleur et par grand vent

Comment «AGIIR» ?

Vous pouvez informer le gestionnaire de la forêt afin qu’il puisse prendre les mesures qui s’imposent pour lutter contre l’invasion. Pour contribuer à la recherche, il existe également une application simple d’utilisation : « Alerter et Gérer les Insectes Invasifs et/ou Ravageurs » (AGIIR) vous permet d’effectuer une reconnaissance et le signalement des insectes invasifs. Votre contribution à cette application de science participative et de biovigilance permet à la recherche de surveiller à grande échelle la propagation de ces insectes potentiellement à risques.

Pour plus d’informations : AGIIR, une « appli » de science participative

Tactique anti-tique

Les tiques, quant à elles, sont des acariens parasites des animaux, pouvant aussi mordre l’homme. Elles s’accrochent à la peau pour se nourrir de sang. Répandues partout en France, elles vivent dans les zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins et les parcs forestiers ou urbains. Une morsure de tique n’est pas douloureuse, rassurez-vous ! Mais c’est précisément parce qu’elle est discrète qu’il est bon d’être vigilant. En effet, certaines tiques peuvent porter une bactérie responsable de la maladie de Lyme (Borréliose de Lyme). Une tique pouvant rester accrochée de 2 à 7 jours sans que l’on s’en aperçoive, la détecter et la retirer rapidement réduit le risque d’infection.

Les bons réflexes :

  • En pleine nature et en forêt, restez sur les chemins, évitez les broussailles, les fougères et les hautes herbes.
  • Portez de préférence des vêtements longs qui couvrent les bras et les jambes, un chapeau, et rentrez le bas du pantalon dans les chaussettes.
  • Appliquez sur vous un répulsif contre les tiques selon le mode d’emploi et munissez-vous d’un tire-tique (disponible en pharmacie).
  • De retour à la maison, inspectez votre corps (en particulier les aisselles, les plis du coude, derrière les genoux, le cuir chevelu, derrière les oreilles, et les régions génitales). N’hésitez pas à demander de l’aide à un proche pour examiner certaines parties du corps moins accessibles (dos, cheveux). Utilisez un miroir si vous êtes seul(e).
  • En cas de morsure, retirez la tique avec le tire-tique. Toute autre méthode est à proscrire (huile, alcool, éther…). Prenez note de la date et du lieu de la morsure et demandez conseil à votre médecin.
  • Surveillez la zone. Si une plaque rouge et ronde qui s’étend en cercle ou d’autres symptômes (symptômes grippaux, paralysie, etc.) apparaissent dans le mois qui suit la morsure, consultez sans tarder un médecin. Un traitement antibiotique pourra alors être prescrit.

Aidez la recherche, faites un signalement !

Après avoir décroché la tique, ne la jetez pas ! Vous pouvez faire avancer la recherche scientifique en signalant la morsure sur l’application «Signalement TIQUE» (sur l’Homme et sur l’animal).

Plus d’information: Signalement tique

Catégories
Biodiversité Forêt Infos pratiques

Cueillette printanière : les bonnes pratiques

Cueillette printanière : les bonnes pratiques

Alors que les rayons du soleil réchauffent peu à peu le sol, leurs fleurs en trompette sonnent l’arrivée du printemps et marquent le retour à la vie. Les jonquilles des bois éclosent à l’unisson et leur couleur jaune-soleil colonise les sous-bois. Un spectacle dont on ne se lasse pas ! Si la cueillette fait la joie des promeneurs, il faut garder à l’esprit que la floraison des jonquilles des bois ne dure que 2 mois, entre mars et avril, et que plusieurs milliers de visiteurs fréquentent chaque année les forêts régionales. Pour préserver l’équilibre de ces espaces naturels et que le plaisir des yeux reste intact d’année en année, il est primordial que tous les usagers se passent les bons mots.

Pour une cueillette responsable : 

  • Assurez-vous d’avoir l’autorisation du propriétaire forestier (public comme privé). Sur les espaces naturels régionaux, la cueillette des fleurs non protégées est tolérée mais ne peut excéder ce qu’une main peut contenir ;
  • Identifiez la plante avec certitude pour être certain qu’il ne s’agit pas d’une plante protégée, dont la cueillette est bien sûr strictement interdite ;
  • Cueillez délicatement, sans arracher les racines, et avec parcimonie ! *
  • Ne cueillez jamais dans les parcs et dans les aires protégées ;
  • Évitez la cueillette là où les plantes sont en trop petit nombre ;
  • Protégez vous des tiques en allant en forêt.

N’oubliez pas : les fleurs ont besoin, pour se reproduire, que l’on respecte leur équilibre en nombre dans l’environnement et toutes les plantes, même les plus communes, ont leur importance dans l’écosystème !

Pour le bien-être de tous les usagers de la forêt, nous vous rappelons quelques gestes simples, faciles à adopter : 

  • Tenez votre chien en laisse ;
  • Repartez avec vos déchets ;
  • Restez sur les chemins balisés ;
  • Pratiquez les sports motorisés ailleurs qu’en forêt.

Nous vous souhaitons de belles balades !

* Attention : il faut savoir que la cueillette excessive est sanctionnée par le code forestier

Catégories
Forêt Infos pratiques Nature

Forêts régionales : les réflexes à adopter cet été !

Forêts régionales : les réflexes à adopter cet été !

L’été est une période propice pour profiter pleinement des espaces de verdure, souvent pris d’assaut pour retrouver un peu de fraicheur et pratiquer des activités de plein air. Les 40 forêts régionales, acquises et gérées par l’AEV sont ouvertes au public tous les jours. Elles voient elles aussi leur fréquentation considérablement augmenter durant cette période. Pour profiter pleinement de ces espaces de quiétude et de loisirs, l’Agence des espaces verts partage ici les informations pratiques et les bons réflexes à adopter l’été au sein de ses 10 000 hectares de forêts.

Forêt régionale d’Ecouen
Crédit : AEV / L’Agence Nature -F. Chenel

Pas de quoi s’ennuyer en forêt !

Représentant près de 25% de la surface de l’Île-de-France, les forêts sont de véritables écrins de verdure qui regorgent d’activités, surtout aux beaux jours.

Au quotidien, les aménagements réalisés par l’AEV dans les forêts régionales permettent aux promeneurs et aux sportifs de découvrir et mieux connaître les richesses de la forêt. Mais l’AEV ne s’arrête pas là.

En partenariat avec de nombreuses associations franciliennes, l’Agence des espaces verts propose chaque weekend des animations nature gratuites dans toute la région. Et il y en a pour tous les goûts ! L’objectif ? Faire découvrir la richesse du patrimoine naturel francilien situé à deux pas de chez soi.

Réalisée en partenariat avec l’ONF, le Département de la Seine-et-Marne et le Département des Yvelines, l’application mobile Balade Branchée propose gratuitement plus de 70 balades guidées et commentées pour découvrir la nature francilienne. Cette application propose contenus audio, photo ou vidéo se lançant automatiquement à proximité des éléments naturels remarquables. N’hésitez pas à télécharger cette application.

Les bons réflexes à adopter en forêt pour le bien-être et la sécurité de tous

Une cohabitation sereine entre promeneurs, sportifs, faune et flore est possible grâce à quelques réflexes simples à adopter. 

  • Pas de barbecue en dehors des espaces spécialement prévus pour cet usage

Beaux jours et barbecue font généralement bon ménage, mais pas n’importe où. En forêt, il est interdit d’allumer un feu à moins de 200 mètres d’un espace boisé[1].

  • Ne jetons pas nos déchets en forêt

La forêt est un lieu idéal pour les nique-pique. Lors du départ, repartons avec tous nos déchets, qu’il s’agisse d’emballages ou d’éventuels restes de nourriture. Les laisser peut avoir des conséquences néfastes sur l’équilibre de la forêt. Prenons l’exemple des bouteilles de plastique qui mettent de 10 à 100 ans à retourner à l’état de matière végétale.

De manière générale, les dépôts sauvages sont interdits en forêt : gravats, déchets ménagers, électroménagers, déchets verts… tous polluent les eaux et les sols. Ils sont dangereux pour la faune, la flore et parfois pour l’Homme. Certains contiennent des matériaux nocifs ; d’autres favorisent les plantes invasives telles que la Renouée du Japon, le Laurier cerise ou encore le Buddleïa.

  • Balade avec son chien : prenons certaines précautions

Pour des questions de sécurité, les chiens doivent être sous la surveillance effective de leurs maîtres et situés à moins de 100 mètres d’eux.

Selon la loi, les « chiens de garde et de défense » doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure. Quant aux chiens classés « chiens d’attaque », leur accès est interdit dans toutes les forêts. Laisser son chien non muselé et/ou non tenu en laisse, ou promener un chien d’attaque en forêt, peut notamment exposer son maître au paiement d’une amende forfaitaire de 150 €[2].

  • Pratiquons les sports motorisés ailleurs qu’en forêt

Très en vogue, la pratique de sports motorisés (quads, motos, mini-motos…) est pourtant interdite en forêt : source de dangers et de nuisances pour les autres usagers, elle dégrade également les espaces naturels. Cette pratique est donc soumise à une réglementation très stricte au sein de ces espaces : les contrevenants s’exposent notamment à des amendes de 1 500 € avec possibilité d’immobilisation du véhicule pour 6 mois.

De plus, la circulation des engins de loisirs motorisés dérange fortement la faune et génère une pollution et des dommages écologiques importants.

Pour trouver un terrain homologué pour la pratique des engins motorisés à des fins de loisirs, contacter la Ligue motocycliste d’Île-de-France, rubrique « Sites de pratiques » : http://www.liguemoto-idf.org/2.5B/index.php

  • Laissons le bois mort, à la fois habitat et garde-manger !

En formant de véritables niches écologiques, les arbres morts, encore debout ou couchés, continuent à jouer un rôle essentiel pour la biodiversité. Leur fonction d’alimentation et d’habitation pour la faune et la flore en font des chaînons majeurs des écosystèmes forestiers.

Vérité souvent méconnue, ils hébergent près d’un quart de la biodiversité de la forêt. Le bois mort est en effet indispensable à la vie de nombreux insectes, gastéropodes, champignons, oiseaux, mousses ou encore mammifères.

C’est pour ces raisons que l’AEV laisse volontairement, dans toutes les forêts régionales dont elle assure la gestion, du bois mort lorsqu’il est éloigné des zones d’accueil du public.


[1]Article L131-1 du code forestier

[2] Article R.215-2 et L.211-14 du code rural et de la pêche maritime et article 131-13 du code pénal

Catégories
Événement Infos pratiques Non classé

L’exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » pose ses valises dans l’Essonne

L’exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » pose ses valises dans l’Essonne

Un tour du monde les pieds en Île-de-France, ça vous tente ? Rendez-vous à Morsang-sur-Orge, en Essonne, qui accueille,  durant tout l’été, l’exposition gratuite « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France ». Du Japon jusqu’à la Guyane, en passant par les États-Unis, l’AEV vous invite au voyage avec 40 photographies qui révèlent la beauté surprenante des espaces naturels qu’abrite notre région.

Exposition « Voyages dans les espaces naturels d’Île-de-France » à Morsang-sur-Orge (91) – Crédit : C. Coutinho / Mairie de Morsang-sur-Orge

Une exposition itinérante

À travers cette exposition itinérante, l’AEV va une nouvelle fois à la rencontre des Franciliens, et plus particulièrement des Morsaintois, pour leur révéler toute la beauté de cette nature parfois oubliée mais pourtant située aux portes de chez eux.

Après, entre autres, le Parc floral de Vincennes, la Forêt régionale de Bondy, le tout nouveau Conseil régional d’Île-de-France à Saint-Ouen et l’Espace naturel régional de la Butte Pinson, c’est donc au tour de la commune de Morsang-sur-Orge d’accueillir cette exposition, dont le vernissage coïncidait avec l’inauguration officielle de la Maison de l’Environnement par Marianne Duranton, Maire de Morsang-sur-Orge et conseillère régionale, déléguée spéciale au Bio et aux Circuits courts.

Concrètement…

Les promeneurs pourront ainsi découvrir, au gré de leur balade, 40 panneaux répartis sur 2 sites incontournables de la commune :

  • le parc du Château, situé au niveau de la Place des 3 Martyrs ;
  • le parc Pablo Picasso, situé au 45 Allée des Pervenches.

Une exposition ludique et en plein air où chaque paysage d’ici a un goût d’ailleurs : les cerisiers de la Butte de Marsinval (78), chargés de fleurs blanches, nous transportent tout droit sur l’île d’Hokkaido. Le sol rougeoyant de la Forêt régionale de Verneuil (78) n’est pas sans rappeler la latérite des pistes de Guyane. L’allée des Lions de la Forêt régionale de Ferrières (77) fait soudain écho aux séquoias géants de la Sierra Nevada…

De quoi révéler aux yeux de tous que les paysages franciliens n’ont parfois rien à envier à ceux du bout du monde !

Bon voyage…

Découvrir l’exposition en ligne ICI

Informations pratiques

• Entrée libre, 7j/7, 24h/24
• Exposition durant tout l’été 2021

Coup de projecteur sur la Maison de l’Environnement de Morsang-sur-Orge

La nouvelle Maison de l’Environnement a pris place au cœur de l’Orangerie du Château.

Une nouvelle vie pour ce lieu emblématique de Morsang-sur-Orge. Construite au tout début des années 1900 et utilisée par les séminaristes, l’Orangerie du Château était devenue, au fil des ans, envahie par la végétation.

Après 5 années d’études et de travaux de réhabilitation, les lieux sont de nouveaux ouverts au public et accueillent la nouvelle Maison de l’Environnement. Cet espace de sensibilisation, d’information et d’éducation à la nature devient également une adresse pour les balades. Les allées des jardins sont redessinées et entraînent les curieux à la découverte de la fontaine et de son bassin, des ruches, de la bambouseraie ou encore des différents potagers. Des panneaux explicatifs sont installés afin de présenter les nombreuses variétés de végétaux. Les plus chanceux rencontreront peut-être les deux colverts qui ont élu domicile au cœur de cet écrin de verdure. Le rez-de-chaussée de l’Orangerie est également accessible et permettra aux visiteurs de profiter d’expositions ou encore de manifestations organisées par la Maison de l’Environnement.

Maison de l’Environnement : Tél. : 01 78 84 03 46 / Mail : maisenvir@ville-morsang.fr