Catégories
Événement

Le patrimoine naturel francilien au chevet du patrimoine culturel

Le patrimoine naturel francilien au chevet du patrimoine culturel :

60 grumes issues des forêts régionales offertes par la Région Île-de-France et l’Agence des espaces verts pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Crédit : AEV / L. Eon

Au lendemain de l’incendie qui embrasait Notre-Dame de Paris, un chantier exceptionnel a vu le jour pour entamer sa reconstruction. À la veille du second anniversaire de cet événement profondément marquant, la Région Île-de-France et l’Agence des espaces verts (AEV), gestionnaire de plus de 10 000 hectares de forêts régionales, font un don de 60 chênes de grande qualité, dont les grumes serviront à la reconstruction de l’édifice. De 70 à 110 centimètres de diamètre et pouvant atteindre jusqu’à 35 mètres de hauteur du pied à la cime, ces sujets exceptionnels – dont certains sont bicentenaires ! – participeront à la restauration de sa charpente et de sa flèche.

Cette contribution équivaut à 25 % du bois fourni par les collectivités de France, et vient compléter l’enveloppe de 10 millions d’euros accordée par la Région Île-de-France pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. La mobilisation de ces chênes issus des forêts régionales franciliennes et plus particulièrement de la Forêt régionale de Ferrières, en Seine-et-Marne, permet ainsi d’alimenter en circuit court ce chantier de reconstruction de grande ampleur. Un geste fort, en total accord avec la Stratégie régionale pour la Forêt et le Bois adoptée par le Conseil régional1.

Le plan d’aménagement de la Forêt régionale de Ferrières intégrait, dès le départ, la mise à terre de chênes, pour permettre une gestion durable et une régénération naturelle des boisements. Ceux-ci vont simplement connaître un avenir peu commun. Avant d’être pris en main par les compagnons charpentiers, ils ont nécessité la coordination de corps de métier et d’artisans à la pointe de leur savoir-faire (marteleurs, éhoupeurs, élagueurs, abatteurs, débardeurs…). Cette opération met en lumière la qualité des forêts franciliennes gérées par l’AEV qui, depuis plus de 40 ans, mène une gestion exemplaire et apporte son expertise dans l’articulation des fonctions sociales, écologiques et économiques des forêts péri-urbaines.

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France : « La Région Île-de-France a immédiatement apporté un soutien financier pour Notre-Dame après le terrible incendie de 2019, au nom de tous les Franciliennes et Franciliens qui sont très attachés à ce lieu, joyau mondialement reconnu de notre patrimoine. Deux ans après la catastrophe, j’ai souhaité que la Région participe également à l’effort collectif national autour du chantier de Notre-Dame, en apportant les plus beaux chênes de ses forêts pour contribuer à la restauration de sa charpente. »

« Grâce à la mobilisation des agents de l’AEV et de nos partenaires, le patrimoine naturel vient au chevet du patrimoine culturel. Je suis aujourd’hui fière et honorée que les bois issus de nos forêts régionales connaissent une destinée exceptionnelle en rejoignant le chantier de restauration de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, qui fait partie des emblèmes de notre pays », Anne Cabrit, Présidente de l’Agence des espaces verts (AEV) de la Région Île-de-France.

[1] https://www.iledefrance.fr/strategie-regionale-pour-la-foret-et-le-bois-2018-2021

Catégories
Biodiversité Nature

Des bois aux mares : des grenouilles qui migrent ?!

Des bois aux mares : des grenouilles qui migrent ?!

Depuis le début du mois de mars, grenouilles, crapauds et autres  amphibiens entament leur migration pour retrouver leur lieu de reproduction et pondre. Bien que moins impressionnante que celle des oiseaux qui parcourent des milliers de kilomètres dans l’unique but se reproduire, elle n’en demeure pas moins essentielle pour assurer la survie de ces espèces. Aux bords des mares, des fossés et des cours d’eau, ouvrez l’œil ! Vous discernerez peut-être ces chapelets d’œufs si caractéristiques de ces animaux.

Grenouille verte – Espace naturel régional du Bout du Monde
Crédit photo : AEV / F. Chenel – L’Agence Nature

De la végétation aux mares : une migration pleine de rebondissements

Les amphibiens ont cette particularité de mener leur existence entre eau (œufs et larves aquatiques) et terre (stades juvénile et adulte). Ce caractère amphibie leur impose de disposer de plusieurs types d’habitats pour accomplir leur cycle de vie : habitats de reproduction (mares, étangs…), d’alimentation, d’hivernage (boisements)… Et qui dit diversité d’habitats, dit déplacements… et donc migration.

Mares, étangs, fossés… pour rejoindre leurs sites de reproduction, ces animaux doivent quitter leur lieu d’hivernage et braver bien des obstacles pour y parvenir indemnes. Ces déplacements nocturnes, survenant après les pluies, peuvent être périlleux. La cause ? Le morcellement des espaces naturels, traversés notamment par des routes  qui font chaque année de nombreuses victimes chez les amphibiens, entre autres.  

Crapaudromes, Crapauducs… de quoi parlons-nous ?

Pour sauvegarder les amphibiens dont de nombreuses espèces sont protégées au niveau national, plusieurs dispositifs de sauvegarde et de recensement sont mis en place :

  • les crapauducs (dispositifs de traversée permanents) : tunnels reliant deux zones entre elles pour que ces animaux puissent circuler de l’une à l’autre, généralement en passant sous un obstacle (route, autoroute, mur ou voie ferrée).
  • les crapaudromes (dispositifs de traversée temporaires) : barrière en plastique tendues le long des routes pour empêcher les amphibiens de traverser et les diriger vers des seaux. Ces dispositifs nécessitent une main d’œuvre importante pour relever chaque matin les amphibiens tombés dans les seaux et les relâcher de l’autre côté de la route.
  • une plateforme participative de saisie des sites d’écrasements créée par l’Agence régionale pour la biodiversité en Île-de-France. Cette plateforme a permis de recenser plusieurs dizaines de lieux mais d’autres restent à découvrir… Accessible à tous, cet outil en ligne peut recueillir toute localisation de traversée d’amphibiens que vous observerez !

Les amphibiens comme bioindicateurs

Dernièrement revues à la hausse, les modalités de protection des amphibiens et des reptiles, mais aussi de leurs habitats, participent aujourd’hui à une préservation accrue des espèces concernées sur le territoire métropolitain. 

Les amphibiens constituent d’excellents indicateurs de la santé de notre environnement qui délivrent aux naturalistes de précieux renseignements sur l’état des milieux en général. Ces êtres vivants, ayant la singularité de respirer par la peau, sont en effet particulièrement sensibles à la pollution chimique. La densité et la diversité d’espèces d’amphibiens trouvées dans un même milieu attestent donc d’un écosystème en bon état !

Crapaud – Espace naturel régional du Moulin des Marais
Crédit : AEV / Hellio Van Ingen
Catégories
Biodiversité Nature

La valse des oiseaux au printemps : ouvrez l’œil et tendez l’oreille !

La valse des oiseaux au printemps : ouvrez l’œil et tendez l’oreille !

C’est le printemps ! Le mois de mars est celui où tous se croisent : tandis que les hivernants quittent nos contrées pour retrouver celles du Grand Nord, les oiseaux nicheurs reviennent de leurs quartiers d’Afrique… Après un hiver passé « au chaud », tous ces oiseaux entreprennent leur trajet retour à l’arrivée des beaux jours. Un voyage de plusieurs centaines de kilomètres, requérant une énergie folle et dont l’unique but est de donner la vie. Ouvrez l’œil et tendez l’oreille pour profiter du spectacle de la gente ailée !

Gorgebleue à miroir – Crédit : AEV / A. Lambrecht

De l’Île-de-France à l’Afrique en passant par la Russie : la valse des oiseaux

Les nicheurs

Oiseaux des buissons (fauvettes, gobemouches et rossignols…), des forêts (Loriots et engoulevents), des villes et des villages (martinets et hirondelles), adeptes des milieux ouverts (œdicnème criard) ou encore des roselières (Gorgebleue à miroir, rousserolles…)… Après un hiver passé entre l’Espagne, l’Afrique du Nord ou de l’Ouest, toute une palette d’espèces migratrices revient en France à l’arrivée du printemps pour se reproduire.

Parmi eux, l’œdicnème criard. Facilement reconnaissable à ses grands yeux à l’iris jaune citron, cette espèce vulnérable niche à même le sol ! Dans le cadre de ses missions de protection de la faune, l’AEV suit au jour le jour le périple d’un couple équipé d’émetteurs. Après deux voyages distincts et distants, l’un au Maroc, l’autre à Bayonne, ils se sont retrouvés directement et reprennent déjà leurs habitudes sur leur site de nidification du printemps dernier.

Les hivernants

Les hivernants posent leurs « bagages » dans nos contrées d’octobre à mars. Quittant la Russie ou l’est de l’Europe avant que l’hiver ne pointe le bout de son nez, de nombreuses espèces de limicoles (bécasses, bécassines et chevaliers), de canards et d’ardéidés, entament le grand voyage.

Parmi elles, le Butor étoilé, qui trouve refuge pendant la saison hivernale dans les grandes roselières, notamment celle de la Réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux, l’une des plus importantes d’Île-de-France !

Les habitats : pas de survie sans maison !

Espèce rare, menacée et protégée à l’échelle européenne, le Butor étoilé pâtit malheureusement de la disparition de son habitat de prédilection en France : les roselières. La situation de cette espèce, à l’instar de beaucoup d’autres (Bruant des roseaux, Tourterelle des bois…), pointe du doigt tout l’enjeu de préserver les habitats pour pouvoir préserver les espèces en elles-mêmes (Rapport UICN – Liste rouge des espèces menacées en France).

La population francilienne de Butor étoilé est estimée entre 15 et 25 individus[1]. Les roselières du Grand-Voyeux en accueillent chaque année 2 à 3 individus.

En forêt, la reproduction bat son plein

En forêt, le mois de mars correspond à la période de reproduction pour de nombreuses espèces : pics et chouettes sont déjà dans les nids, quand les petits passereaux commencent juste à construire le leur : rougegorge, pinson, troglodyte et accenteur chantent allègrement au bord des chemins, tendez l’oreille !

Troglodyte – Crédit : AEV / F. Chenel – L’Agence Nature

[1] Document d’objectifs du site Natura 2000 « Boucles de la Marne » – Agence des espaces verts de la Région Île-de-France – octobre 2010

Catégories
Événement Forêt Non classé

Forêts d’Île-de-France : découvrez nos pépites !

Forêts d’Île-de-France : découvrez nos pépites !

À l’occasion de la Journée internationale des forêts qui se déroulera le 21 mars, l’AEV vous embarque pour une escapade au cœur de ses forêts ! L’occasion de (re)découvrir certaines pépites oubliées ou méconnues, qui vous émerveilleront et vous feront voyager… sans quitter l’Île-de-France.

Forêt régionale de Claye-Souillly (77) – Crédit photo : AEV / Hellio Van Ingen

Forêts d’Île-de-France : les pépites de l’AEV

La Sierra Nevada en Forêt régionale de Ferrières (Seine-et-Marne)

Nul besoin de traverser l’Atlantique pour admirer les séquoias géants du parc du Yosemite dans le Nevada ! À 34 km de Paris, la Forêt régionale de Ferrières (3 157 hectares) abrite l’Allée des Lions : une allée majestueuse de séquoias géants, regroupant sur près d’1 km de long, près de 100 individus centenaires. Vous pourrez ainsi flâner au beau milieu de ces géants de 35 mètres de haut et de près d’un mètre de circonférence. Magique !

> Découvrir la Forêt régionale de Ferrières

Le Canada en Forêt régionale de Bondy (Seine-Saint-Denis)

De petits pontons en bois qui parcourent les rives des étangs… Des pêcheurs qui aiment à se retrouver dès l’aube ou sous un ciel orageux pour taquiner le poisson… La Forêt régionale de Bondy affiche de faux airs de Canada ! Ne manquent à l’appel que les saumons et les orignaux. Mais coté faune, la forêt n’est pas en reste pour autant et n’a pas à rougir de son cousin outre-Atlantique. Elle recèle une diversité ornithologique peu commune en Île-de-France : des Martins pêcheurs, des Pics mars, des grands Pics noirs, des Hérons… Ils évoluent dans un cadre enchanteur, mêlant chênes rouvres et pédonculés, érables, frênes, charmes, bouleaux ou encore trembles et robiniers. Un vrai régal pour les yeux si vous revenez à l’automne lorsque les frondaisons s’embrasent…

> Découvrir la Forêt régionale de Bondy

L’Île de Pâques en Forêt régionale de Rougeau-Bréviande (Seine-et-Marne)

Parce que les forêts franciliennes sont aussi naturellement des lieux de patrimoine, la Forêt régionale de Rougeau – Bréviande accueille depuis 2013 Le Gardien, une œuvre de l’artiste Gloria Friedmann, au carrefour de la nature et de l’art contemporain. Ce géant de 10 mètres de haut, qui n’est pas sans rappeler les célèbres moaïs de l’Île de Pâques, perdus en plein Pacifique, nous invite à la contemplation. Par le jeu des proportions, le spectateur lève les yeux et découvre tour à tour, sur cette tête d’homme totémique et irréelle, cinq cerfs à taille réelle, puis le feuillage de chênes majestueux hauts de 25 mètres. Une puissante allégorie du lien entre l’Homme et la Nature !

> Découvrir la Forêt régionale de Rougeau-Bréviande

La Suisse à La Roche-Guyon (Yvelines & Val d’Oise)

De nombreux coteaux de 200 mètres de haut jalonnent les méandres de la Seine sur plusieurs kilomètres. Cette couleur blanche, propre au calcaire, et les fleurs qui habillent le pied des falaises rappellent les paysages naturels de la Suisse. Le célèbre château médiéval surplombant la Seine et la Forêt régionale de la Roche-Guyon en contrebas complètent la carte postale.

La Martinique en Forêt régionale des Vallières (Seine-et-Marne)

Une impression de forêt primaire à seulement 15 km de Clichy-sous-Bois… Les immenses clématites d’une trentaine de mètres de haut s’accrochent aux frênes et aux érables de cette forêt. Ces figures végétales peuvent être confondues avec les lianes qui abondent dans les forêts tropicales. Un chemin en bordure de cette végétation luxuriante est accessible aux promeneurs et aux cyclistes. À noter qu’autour du site, de belles prairies invitent au pique-nique, avec vue imprenable sur les bords de la Marne !

Balade Branchée : une invitation à se connecter à la nature !

Pour découvrir d’un autre œil les forêts régionales et leurs secrets, l’AEV met à disposition l’application mobile gratuite Balade Branchée.

Pour enrichir sa balade, Balade Branchée propose gratuitement des contenus ludiques (audio, photo, vidéo et jeux) se déclenchant automatiquement à proximité des éléments remarquables. Près de 400 km de parcours à travers toute l’Île-de-France sont accessibles ! 

> Disponible sur iOS et Android

Exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » : un concentré de nature aux portes de Paris

Si le temps vous manque pour visiter nos espaces naturels régionaux, l’exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » vous offre un concentré de nature ! Après le tout nouveau siège du Conseil régional d’Île-de-France à Saint-Ouen (93), cette exposition ludique et en plein air a posé ses bagages à la Butte Pinson (93-95).

Informations pratiques

Pour aller plus loin

> Découvrez le programme de la Journée internationale des forêts

> Découvrez toutes les forêts régionales

> Pour préparer sa sortie

Catégories
Non classé

Un ancien réseau de cascades bientôt restauré sur les Buttes du Parisis

Un ancien réseau de cascades bientôt restauré sur les Buttes du Parisis pour le plus grand bonheur des promeneurs… et des amphibiens !

Culminant à 170 mètres, les Buttes du Parisis offrent un panorama extraordinaire sur Paris et toute l’Île-de-France. Leur caractère boisé et les divers aménagements mis en place par l’AEV constituent, pour les quelque 200 000 habitants, résidant à proximité un véritable poumon vert aux portes de Paris !

Dans la poursuite de ses missions d’aménagement et d’accueil du public, l’AEV a lancé tout récemment le réaménagement du lieu-dit des « Cascades », situé sur la commune de Montigny-Lès-Cormeilles (95). L’objectif ? Mettre en valeur les qualités paysagères et historiques d’un site, qui constitue par ailleurs un refuge important pour les amphibiens, tous protégés en France.

Un ancien réseau de cascades de style Napoléon III

Pour la petite histoire, la succession de plus d’une dizaine de bassins, aux formes et aux dimensions variées, correspond à un ancien réseau de cascades artificielles de style Napoléon III. Appartenant à l’ancien domaine des frères Pereire, banquiers proches du Baron Haussmann, le site a été racheté après la seconde Guerre mondiale par la famille Meaume, avant d’être intégré à la propriété régionale des Buttes du Parisis dans les années 1990.

Une restauration lancée pour le plus grand bonheur des promeneurs… et des amphibiens !

Nettoyage, mise en étanchéité, remise en eau des bassins, rénovation du réseau hydraulique… Parce que protéger la faune et particulièrement les amphibiens ayant trouvé refuge sur le site est une priorité de l’AEV, le calendrier de travaux a été calé sur leur cycle biologique.

La Grenouille agile, le Crapaud commun, le Triton palmé, la Grenouille verte ou encore le Crapaud calamite, espèce emblématique des Buttes du Parisis, continueront ainsi de trouver dans ces bassins, un lieu propice pour la ponte de leurs œufs au printemps, avant de retourner dans les boisements.

En savoir plus sur les travaux de réaménagement du lieu-dit des « Cascades » >

Découvrir l’espace naturel régional des Buttes du Parisis >

Catégories
Non classé

Le site internet de l’AEV fait peau neuve !

Le site internet de l’AEV fait peau neuve !

L’Agence des espaces verts (AEV) est heureuse de vous présenter – en plus de ses meilleurs vœux pour l’année 2021  – son nouveau site internet ! Un outil qui reflète, auprès de l’ensemble de ses publics et partenaires, son savoir-faire, son expertise et son engagement depuis plus de 40 ans dans la protection et l’aménagement des espaces naturels d’Île-de-France pour un meilleur équilibre entre la ville et la nature. Ergonomie renouvelée, navigation plus intuitive, identité graphique laissant une large place à l’image… Tout a été pensé pour vous donner envie de mieux connaître les espaces naturels régionaux et l’AEV !

Une architecture repensée pour une navigation simplifiée

Les nombreux publics auxquels s’adresse l’AEV (institutionnels, entreprises, associations, grand public…) induisent la création d’une grande diversité de contenus. Grâce à une architecture repensée et une navigation simplifiée, chaque information est désormais accessible en quelques clics seulement.

Et pour tenir compte des affinités de chacun, l’AEV propose plusieurs modalités d’accès à une même information :

  • une entrée thématique avec 5 rubriques compilant l’ensemble des informations clés de l’AEV ;
  • une entrée par cibles (élus et collectivités, particuliers, associations et professionnels) permettant d’accéder rapidement aux requêtes les plus fréquentes selon le profil du visiteur ;
  • et une entrée géographique, à travers une carte interactive.

Des informations pratiques pour découvrir les espaces naturels régionaux qui nous entourent

L’AEV gère près de 15 000 hectares d’espaces naturels régionaux, répartis sur 55 territoires. La volonté de faire connaître ces espaces de nature a conduit l’Agence à proposer, pour chacun d’eux, des contenus pratiques : accessibilité, plan du site, équipements et activités sur place, faune et flore présentes, actualités etc. Des rubriques répertoriant les balades avec les plans associés et les animations nature gratuites (Natur’Box) viennent par ailleurs compléter cette offre de découverte.

De nouvelles fonctionnalités

Envie de vous mettre au vert ? La forêt de vos envies s’affiche à l’écran en quelques clics ! Une carte interactive améliorée, avec de nombreux filtres à activer, permet de sélectionner son espace naturel de prédilection et de préparer concrètement sa sortie : lieu, activités (pique-nique, aire de jeux…), etc.

Les professionnels et les institutionnels n’ont pas été pour autant laissés de côté : il leur est désormais possible d’effectuer toutes les démarches en ligne : demande d’occupation de territoire, installation sur des terres agricoles, consultations/marchés publics. De quoi simplifier les demandes et gagner un temps précieux !

Avant de partir arpenter nos espaces naturels régionaux ou simplement pour vous évader depuis votre canapé, bonne navigation sur www.aev-iledefrance.fr !

Coup de projecteur sur nos partenaires

La protection et l’aménagement des espaces naturels régionaux sont possibles grâce à un travail mené main dans la main avec les acteurs locaux. Sur chacune des pages dédiées aux espaces naturels qu’elle gère, l’AEV a souhaité valoriser ces partenaires sans qui les projets ne pourraient voir le jour, en affichant leurs logos et en offrant une passerelle vers leurs sites internet.

Un juste retour de leur investissement dans une démarche partenariale !

NB : Les contenus seront progressivement enrichis tout au long du premier semestre et l’affichage sur les terminaux mobiles optimisé.

Catégories
Forêt

Bois Saint-Martin : une ouverture au public… pas à pas

Bois Saint-Martin : une ouverture au public… pas à pas

Situé aux portes de Paris, dans les départements de Seine-Saint-Denis (Noisy-le-Grand) et du Val-de-Marne (Villiers-sur-Marne et Le Plessis-Trévise), le Bois Saint-Martin vient d’être acquis par l’Agence des espaces verts (AEV) pour le compte de la Région Île-de-France. Avec ses 280 hectares, il constituait jusqu’alors le plus grand bois privé fermé au public de la métropole parisienne.

Inauguration du Bois Saint-Martin le jeudi 17 décembre 2020 (Noisy-le-Grand)
Crédit : AEV / C. Ciangura

Un nouvel espace de respiration mais aussi un réservoir de biodiversité

Accessible en transports en commun (RER E) en moins de 20 minutes du centre de Paris, ce dernier espace de verdure préservé entre le bois de Vincennes et la Ville Nouvelle de Marne-la-Vallée attirera à n’en point douter les quelque 115 000 personnes résidant à proximité et, plus largement, les Franciliens. De quoi pallier la carence en espaces verts dans ce secteur de la petite couronne.

Abritant une diversité rare de milieux (mares, fossés, prairies de fauche, prairies humides, boisements…), le bois renferme une faune et une flore exceptionnelles. De nombreuses espèces protégées, aussi bien animales (Bondrée apivore, Triton crêté, Grenouille agile…) que végétales (Lobélie brûlante, Laîche allongée…) s’y épanouissent et valent au Bois Saint-Martin d’être classé « Espace naturel sensible » dans sa totalité et soumis, sur plus de la moitié de sa surface, à un arrêté préfectoral de protection du biotope.

L’AEV mobilise tout son savoir-faire et toute son expertise pour permettre l’accueil du public tout en garantissant, dans la durée, la protection de la biodiversité du site, notamment à travers des suivis naturalistes en lien avec les experts et les passionnés de la protection de la nature.

Une ouverture au public progressive

Forte de son expérience de plus de 40 ans dans la conciliation des usages au sein des espaces naturels régionaux qu’elle gère, dont certains extrêmement fragiles comme la Réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux, l’AEV met en œuvre une ouverture progressive du Bois Saint-Martin.

Après une prise de possession du bois fin novembre 2020 pour réaliser les travaux prioritaires de mise en sécurité, l’Agence des espaces verts propose en exclusivité et dans le respect des consignes sanitaires des visites guidées gratuites organisées en partenariat avec des associations naturalistes (RENARD, l’ANCA, Pie Verte Bio, Communerbe, Ecophylle…). L’occasion, pour les Franciliens, de découvrir en avant-première ce bois et, pour l’AEV, de sensibiliser le public à ses richesses naturelles et à l’intérêt de le protéger pour pouvoir en profiter de manière pérenne.

Dans un second temps, l’AEV proposera, notamment à travers sa Natur’Box 2021, des animations nature thématiques qui permettront aux participants de découvrir plus en profondeur les richesses naturelles du bois.

Enfin, l’objectif à l’horizon du printemps 2021 est une ouverture plus large au public qui pourra accéder librement à certaines parties du bois. Les résultats des études menées permettront d’élaborer un plan de gestion du site intégrant les aménagements garantissant la sécurité des promeneurs, la maîtrise des flux de visiteurs et de la fréquentation, la protection des espèces animales et végétales patrimoniales et le déplacement de la faune.

On ne peut que se réjouir de l’ouverture de ce nouveau poumon vert d’exception qui va participer concrètement à l’amélioration de la qualité de vie de tous les Franciliens.

Inscription gratuite aux visites guidées ici : https://www.aev-iledefrance.fr/animations-nature/

Catégories
Portrait agent

3 questions à Marie-Christine Poussin, chargée d’opérations foncières

3 questions à Marie-Christine Poussin, chargée d’opérations foncières

Une baroudeuse passionnée de sport… et de politiques publiques. Alliance originale ! Après deux longs voyages autour du globe en famille, Marie-Christine a posé ses valises à l’Agence des espaces verts. Depuis maintenant 2 ans, elle se réjouit de pouvoir concilier son intérêt pour le droit avec la protection de l’environnement, le tout au service de l’intérêt général. Une synergie efficace dont elle nous partage ici la recette.

Marie-Christine Poussin, chargée d’opérations foncières à l’AEV

Quelles ont été tes motivations et ton parcours pour faire ce métier ?

J’ai grandi entre ville et campagne, entre Neuilly-Plaisance et la Seine-et-Marne où nous avions une maison secondaire dans laquelle nous passions week-ends et vacances, puis à Nice, avant de revenir en région parisienne pour mes études.

J’ai débuté une formation de droit un peu par hasard. Je souhaitais devenir professeur d’éducation physique et sportive. Pour des raisons de calendrier, je n’ai pas pu passer le concours pour intégrer le cursus en région parisienne. J’ai alors entamé une année « pour me faire plaisir ». Très intéressée par l’histoire, le droit et la politique, je me suis inscrite en 1ère année de droit à l’université Paris XIII (Villetaneuse) avant de poursuivre à la Sorbonne. J’ai beaucoup apprécié et j’ai entamé un parcours classique en droit public.

En parallèle de mes études, j’ai occupé plusieurs emplois tournant autour des problématiques foncières : juriste pour un promoteur, gestionnaire de patrimoine, chargée d’opérations foncières au sein de communes… avant de m’octroyer du temps en famille et de partir découvrir le monde.

Pourquoi avoir choisi l’Agence des espaces verts ?

Les sujets fonciers m’ont toujours intéressée. Le droit de propriété est un droit particulièrement fort, très protégé, avec une dimension humaine marquée et souvent attaché à une histoire familiale. J’ai souhaité mettre en cohérence mes convictions personnelles sur la nécessaire préservation de l’environnement avec mes engagements professionnels, en me détachant des projets urbains…

Je connaissais déjà l’AEV avant de la rejoindre, notamment à travers la Forêt régionale de Bondy et le projet de la Tégéval. J’adhérais pleinement aux missions de l’Agence, dont l’action foncière sert la préservation des espaces naturels compris dans les Périmètres régionaux d’intervention foncière (PRIF). Chance ! Un poste de chargée d’opérations foncières se libérait. J’ai sauté le pas en postulant et j’ai rejoint l’AEV il y a un peu plus de deux ans maintenant.

Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

Le service d’actions foncières se situe en tout début de chaîne des actions de l’AEV : sans assise foncière, il est difficile de mener à bien des projets d’aménagement, de gestion ou de préservation.

Mes collègues et moi menons des opérations afin d’assurer, pour le compte de la Région Île-de-France, la maîtrise foncière dans les périmètres sur lesquels l’AEV intervient : acquisitions à l’amiable, par préemption… Toutes ces procédures juridiques sont liées au droit de propriété et font appel à différents pans du droit (codes civil, rural, de l’urbanisme…).

En relation étroite avec les délégués territoriaux de l’AEV qui ont une connaissance fine de leurs territoires, nous effectuons de la prospection foncière. Pour lutter contre le mitage, nous saisissons également des opportunités d’acquisition d’espaces naturels, agricoles ou forestiers dans le cadre de l’exercice du droit de préemption. Lors de nos opérations, nous veillons à maintenir des prix de référence cohérents selon la nature des terres, la surface et la localisation géographique.

Ce qu’il y a de passionnant, c’est que nous œuvrons aussi bien à des échelles microscopiques (nous pouvons acquérir des parcelles de moins de 100 m2) qu’à une échelle beaucoup plus large, pour des projets d’envergure régionale. Nous travaillons par ailleurs sur des temps longs : une acquisition « simple » s’étend sur une année, mais certains projets peuvent mettre plusieurs dizaines d’années pour émerger (par exemple, le Bois Saint-Martin). Parmi les actions foncières que je mène actuellement, trois concernent des projets importants de l’AEV : la Tégéval (liaison verte dans le Val-de-Marne), le bois de l’Hurepoix (Essonne) et la Plaine agricole de Montjean (Val-de-Marne).

Il y a dans mon travail une vraie diversité et un aspect humain très marqué : je travaille en transversalité avec l’ensemble des services de l’Agence et suis en contact régulier avec divers interlocuteurs externes : communes, Safer d’Île-de-France, départements, notaires, huissiers, commissaires enquêteurs, particuliers…

En somme, un métier polyvalent nécessitant rigueur et empathie et qui me permet de participer, à mon échelle, à la préservation des espaces naturels en Île-de-France.

Catégories
Événement

L’exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » déménage !

L’exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » déménage !

Territoire concerné : Espace naturel régional de la Butte Pinson

Un tour du monde les pieds en Île-de-France, ça vous tente ? Du Japon jusqu’à la Guyane, en passant par les États-Unis, l’AEV vous invite au voyage avec une exposition qui révèle la beauté et la diversité des espaces naturels de la région. Un véritable concentré de nature aux portes de Paris !

Exposition « Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France » à la Butte Pinson jusqu’en juin 2021
Crédit photo : AEV / D. Galup

L’expo pose ses valises à la Butte Pinson

Après, entre autres, le Parc floral de Vincennes, la Forêt régionale de Bondy et les grilles du tout nouveau Conseil régional d’Île-de-France à Saint-Ouen, cette exposition gratuite proposée par l’Agence des espaces verts fait escale au cœur de l’Espace naturel régional de la Butte Pinson.

Les promeneurs pourront ainsi découvrir, au gré de leur balade, 40 panneaux, répartis sur 2 sites incontournables de cet espace naturel géré et aménagé par l’AEV :

  • la ferme pédagogique, le long du bardage en bois situé rue Suzanne Valadon à Montmagny (95)
  • le Parc Sud, au niveau des grilles des deux entrées du parc, situées avenue Jean Jaurès et rue Édouard Vaillant à Villetaneuse (93)

Une expo ludique, gratuite et en plein air

Une exposition ludique et en plein air où chaque paysage d’ici a un goût d’ailleurs : les cerisiers de la Butte de Marsinval (78), chargés de fleurs blanches, nous transportent tout droit sur l’île d’Hokkaido. Le sol rougeoyant de la Forêt régionale de Verneuil (78) n’est pas sans rappeler la latérite des pistes de Guyane. L’allée des Lions de la Forêt régionale de Ferrières (77) fait soudain écho aux séquoias géants de la Sierra Nevada… De quoi révéler aux yeux de tous que les paysages franciliens n’ont parfois rien à envier à ceux du bout du monde !

L’occasion, aussi, de (re)découvrir la « petite sœur » de la butte Montmartre, son histoire et son point de vue exceptionnel sur les environs !

Bon voyage…

Découvrir l’exposition en ligne ICI

Informations pratiques

  • Entrée libre, 7j/7, 24h/24
  • Accès : depuis la gare de Deuil-Montmagny (ligne H) en 15 minutes à pied ou la station de tramway (ligne 5) « Butte Pinson », boulevard Jean Mermoz à Pierrefitte-sur-Seine.
  • Exposition jusqu’en juin 2021