Redoute
Redoute
Butte des Châtaigniers
Butte des Châtaigniers
Jardins familiaux
Jardins familiaux
Châtaignes sur l'espace régional des Buttes du Parisis
Châtaignes sur l'espace régional des Buttes du Parisis

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

La Butte des Châtaigniers - Une ancienne carrière devient un panorama remarquable

  • Statut du grand projet : En cours
  • Territoire(s) concerné(s) : Buttes du Parisis
Au nord-ouest de Paris, la Butte des Châtaigniers surplombe la capitale. Perchée à 125 mètres, cette ancienne carrière de gypse offre une vue imprenable sur Paris et au-delà. L’AEV met aujourd’hui la touche finale à cette réhabilitation de longue haleine : bientôt, ce balcon planté, essentiel à la ceinture verte de l’agglomération parisienne, sera couronné d’un belvédère, pour le plus grand bonheur des promeneurs. Histoire d’une reconquête.

Jadis une carrière, aujourd’hui un balcon vert

Bienvenue sur l’espace naturel régional des Buttes du Parisis, agglomération dense où vivent 200 000 habitants. Ses 621 hectares sont traversés par une liaison verte qui, d’est en ouest, relie les deux bords d’une boucle de la Seine grâce à deux coulées vertes et un chapelet de buttes. Parmi elles, celle des Châtaigniers, véritable belvédère naturel perché à 125 mètres d’altitude au dessus de Paris. Un balcon vert sur la capitale que les promeneurs avaient déserté après un demi-siècle d’activité industrielle. En effet, si, au début du siècle, figues et asperges poussaient encore sur ces coteaux exposés plein sud, les cultures ont rapidement disparu pour laisser place à une carrière à ciel ouvert : pendant quatre décennies, l’exploitation du gypse a progressivement dégradé l’endroit. La fin de la période d’exploitation scelle la destinée de l’espace : gravats divers et ordures ménagères finissent d’abîmer la topographie du site, dont les pentes raides s’enfrichent progressivement.

Au sommet, un bois de cèdres

Devenue propriétaire du site en 1983, l’AEV décide de restaurer ce maillon essentiel de la ceinture verte. Premier objectif : sécuriser un site pollué et au sol particulièrement instable : « Pour terrasser et assainir les sols, des quantités impressionnantes de déblais – 140 000 m3 ! – ont été utilisées pour remblayer directement sur place, de manière à limiter les nuisances dues à la circulation des camions », explique Cécile Pruvot, responsable du service Expertise Technique à l’AEV. Deuxième enjeu : valoriser le panorama offert par les lieux. Dès 2013, la touche finale sera donc mise au chantier : posé au sommet de la butte, un belvédère planté redessinera le haut du plateau. Plate-forme en bois composée de 5 grumes et entourée de cèdres, le dispositif permettra aux visiteurs de s’installer confortablement pour profiter du point de vue.

Entre prairies et bosquets, un paysage remodelé

Initiés en 2011, les travaux de terrassement sont désormais terminés. « En 2012, nous avons nappé l’ensemble de la butte avec de la terre végétale fertile pour pouvoir reboiser », conclut Cécile Pruvot. En tout, quatre hectares d’essences forestières, avec couvert de trèfle blanc pour protéger les sols des invasions d'adventices, ont été plantés. Alors que seuls érables et robiniers avaient autrefois colonisé l’espace, la priorité a été donnée à la diversité des essences et aux jeunes plants : « ce sont des terres difficiles, pauvres et très calcaires, précise Cécile Pruvot, les plantations jeunes s’habituent au terrain. » En tout, 35850 arbres ont été plantés, plus 1750 en lisière : « ils protègent les zones boisées et offriront aux promeneurs l'illusion d'un bois déjà bien en place. » En conservant des espaces de clairière, la Butte des Châtaigniers retrouvera un aspect propice à la promenade. Pas de doute, l’endroit va valoir le coup d’œil.

Suivez-nous