Nos chevaux voyagent en toute quiétude grâce aux véhicules dédiés !
Opération d'interception des quads et deux roues en forêt régionale de Montgé © Hellio - Van Ingen
Boxes aux écuries de Clichy-sous-Bois © Hellio - Van Ingen
Brigade équestre à Clichy-sous-Bois : entretien et soins aux chevaux © Hellio - Van Ingen
La brigade pied à l'étrier sur la Butte Pinson © L'Agence Nature/F. Chenel
Patrouille en forêt régionale de Bondy © Hellio - Van Ingen
La brigade équestre sur la Butte Pinson © L'Agence Nature/F. Chenel

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

3 questions à Sylvain Doyen, garde équestre et chef d'écurie

17.10.19
Sylvain Doyen, garde équestre et chef d’écurie à l’AEV, s’est découvert un amour pour les chevaux sur le tard. Il aura fallu 18 ans et une rencontre inattendue pour qu’il puisse faire de sa passion son métier. Le tout au grand air et au contact de la nature.

SD OK site web
Crédit Photo : AEV  

Quelles ont été tes motivations et ton parcours pour faire ce métier ?

À l’adolescence, je me rendais régulièrement dans les centres équestres où mes cousins et quelques amis pratiquaient l’équitation. Ce sport m’attirait, mais mes parents ne pouvaient malheureusement pas en assumer le coût. J’ai donc laissé cette idée de côté, jusqu’à l’âge de 18 ans où je me suis pris de passion pour les chevaux. Mon cursus scolaire ne m’enchantait guère et j’aspirais à autre chose.

Ma rencontre avec un propriétaire d’équidés fût le déclic. Très occupé, il manquait de temps pour s’occuper de son cheval et a souhaité me le confier. Depuis, je n’ai plus quitté les chevaux. J’ai arrêté l’école du jour au lendemain et j’ai passé mon Brevet d'État d'Éducateur Sportif (1er degré). Ce diplôme m’a ouvert les portes de l’enseignement équin. Pendant 14 ans, j’ai pu accompagner de nombreux élèves dans leur passion au sein de deux écuries de Seine-et-Marne.

Pourquoi avoir choisi l’Agence des Espaces Verts ?

Enseigner dans le milieu équin impliquait un travail 6 jours sur 7, des concours le week-end et des stages pendant les vacances scolaires. Je cherchais à trouver un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et personnelle et, en parallèle, l’envie d’allier ma passion avec la protection de la nature grandissait.

Je suis tombé sur une offre d’emploi de l’AEV pour un garde-équestre. J’ai été attiré par les actions de prévention et de sensibilisation du grand public, le travail en équipe et le rôle du garde-équestre dans la préservation de la biodiversité.

La brigade équestre de l’AEV doit faire respecter le règlement intérieur des espaces naturels régionaux et patrouille à l’année, 7j/7. Enfin, les gardes-équestres assurent eux-mêmes le dressage des chevaux : une mission très enrichissante !

Quelles sont tes principales missions au quotidien ?

Ma journée débute par l’alimentation des chevaux et l’entretien des écuries situées en Forêt régionale de Bondy, en Seine-Saint-Denis, avant d’ouvrir la forêt au public. Démarre ensuite la patrouille à cheval effectuée en binôme.

Nous accueillons le public et veillons à la sécurité de chacun, en intervenant auprès d’usagers ne respectant pas le règlement forestier (chiens en liberté, déchets au sol, cueillette illégale, etc.). Avec plusieurs millions de visiteurs chaque année dans les forêts régionales, notre mission est essentielle ! Nous nous évertuons à faire passer des messages de sensibilisation et de préservation de la nature (biodiversité du site, utilité des coupes d’arbres, etc.). Les chevaux facilitent énormément l’entrée en contact et la communication avec les différents usagers.

La journée se termine par le soin des chevaux aux écuries puis par un travail de bureau. Ma fonction de chef d’écurie m’amène par ailleurs à gérer quotidiennement l’élaboration des plannings de sortie des chevaux. Pour maintenir une brigade en forme, l’attribution des sites change quotidiennement. Cela permet d’équilibrer les temps de transports et les charges de travail des gardes équestres et des chevaux.

La brigade équestre constitue un maillon important dans la gestion, l’entretien et la sécurisation des espaces forestiers sur lesquels nous patrouillons. Grâce à des rapports quotidiens, nous partageons avec les agents et les techniciens de l’AEV rattachés aux sites concernés, les constats réalisés ; dépôts sauvages de déchets, arbre en travers d’un chemin, départs de feu, camping sauvage, circulation de motos… Ces alertes leur permettent d’intervenir plus rapidement sur le terrain et d’accueillir le public de manière optimale.

Suivez-nous