La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy
La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy © Hellio - Van Ingen
L'étang du Morillon sur la réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux
L'étang du Morillon sur la réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux © Hellio - Van Ingen
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Visuel Natur'Box AEV
Les animations nature 2017 sont arrivées ! Inscrivez vous dès maintenant sur le site !
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières © Hellio - Van Ingen

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Énergie et synergies positives

16.09.14
Ça déménage à l’AEV ! Le siège de l’Agence s’est installé fin août à la Cité régionale de l’environnement à Pantin où viendront la rejoindre, à terme, six autres organismes environnementaux associés au Conseil régional d’Île-de-France. Un bâtiment exemplaire dont l’Agence des espaces verts a assuré l’aménagement intérieur en tant que maître d’ouvrage délégué par la Région.
C’est une volonté de la Région Île-de-France : regrouper les 29 organismes associés au Conseil régional (OA) dans des pôles thématiques. L’objectif ? Favoriser les synergies tout en réalisant des économies. La création de la Cité régionale de l’environnement à Pantin constitue la concrétisation de ce grand mouvement de concentration. Les agents de l’AEV ont été les premiers à poser leurs cartons à Pantin à la fin du mois d’août rapidement rejoint par la SAERP. Ils seront suivis par les équipes de l’ARENE début septembre, de la SEM Energies posit’if le 15 septembre, puis par NATUREPARIF à la fin du mois, et, enfin, BRUITPARIF et l’ORDIF le mois suivant. La Cité régionale de l'environnement prend la forme d’un groupement d'intérêt public (GIP), dont la convention constitutive a été approuvée par le préfet de région le 4 juillet dernier. L'assemblée générale constitutive du GIP a eu lieu le 9 septembre dernier.

Une première en France

Pour abriter ces organismes intervenant dans les champs économiques et environnementaux, il fallait créer un lieu au diapason de leurs actions visant à améliorer le quotidien des Franciliens. En un mot : exemplaire. L’immeuble du 90, avenue du général Leclerc à Pantin, obéit à la charte « Bonne énergie » du promoteur Percier Réalisation et Développement Office (PRD), maître d’ouvrage du projet. Cette charte saluée, notamment, par l’ADEME, se base sur les critères suivants : proximité des transports en commun (moins de 10 minutes à pied), certifications HQE et BREEAM Very Good, performances énergétiques, intégration durable à l’architecture à la ville ou encore création d’espaces de convivialité. L’immeuble « Bonne énergie » de Pantin constitue le premier bâtiment de France à énergie positive et en autoconsommation. Sa grande sobriété énergétique est assurée par son architecture même. L’agence Fassio et Viaud, se jouant d’une parcelle à la forme et à la topographie complexes, a imaginé un immeuble en fer de lance de 6 000 mètres carrés sur quatre étages, ouvert sur l’extérieur grâce à de larges baies vitrées représentant 40% du linéaire de la façade. De quoi laisser abondamment entrer la lumière dans les bureaux et limiter l’utilisation d’éclairage électrique. Le parking de 31 places pour les voitures, et 34 pour les deux-roues, n’est pas situé en sous-sol, comme c’est le cas dans la plupart des immeubles de bureau : aménagé au rez-de-chaussée du bâtiment, à la faveur de la déclivité de la parcelle, il est baigné de lumière naturelle. Une autre façon de limiter les dépenses en éclairage.

450 m2 de panneaux photovoltaïques

Quatre bornes de rechargement destinées aux véhicules électriques complètent l’espace de stationnement. L’enveloppe du bâtiment, constituée de Corian®, un matériau coûteux mais très esthétique et autonettoyant, de laine de verre et de béton intérieur, assure une isolation efficace : de quoi améliorer les performances énergétiques de l’immeuble. Le toit-terrasse est partiellement couvert de panneaux photovoltaïques, sur 450 mètres carrés. « Ils alimenteront les salles de serveurs informatiques et les services généraux (ascenseurs, accueil) », précise Fatima Hachem, chef de projet à l’Agence des espaces verts. Une partie de l’immeuble sera donc en autoconsommation. Par ailleurs, les eaux de pluie sont récupérées pour les sanitaires et un captage d’eau souterraine permet de refroidir, en été, et de réchauffer, en hiver, les structures en béton du bâtiment. Le promoteur PRD assure que l’ensemble de ces dispositifs, alliés aux performances de l’immeuble, permettra d’alléger la facture énergétique de 110 000 euros par an (par rapport à un immeuble de moins de 5 ans) et de 249 000 euros par an (par rapport à un immeuble ancien), au tarif actuel de l’énergie. La Cité régionale de l’Environnement se pose donc en modèle pour la nouvelle génération d’immeuble de bureaux.

Un rôle inédit pour l’AEV

A la demande du Président de la Région, et en concertation avec les six autres organismes associés qui investiront à terme le bâtiment, l’Agence des espaces verts a pris en charge le pilotage de l’opération sur l’ensemble des aménagements intérieurs, en tant que maître d’ouvrage. Un rôle inédit pour l’AEV, accompagnée d’un assistant à maître d’ouvrage (AMO), le groupement d’entreprises OREKA/DEGW France, choisi en mars 2012 sur des critères d’expérience en matière de programmation de bureaux et d’expertise en matière environnementale. Les marchés d’aménagement ont été lancés à la fin 2013. « Pour le marché mobilier, nous avons exigé de nos partenaires des valeurs environnementales fortes, précise Fatima Hachem. Il fallait que le mobilier comporte un maximum d’éléments recyclables ou recyclés ». Ainsi, les sièges réservés aux invités dans les bureaux et les salles de réunion sont composés de 47% de matériaux recyclés, de 90% de matériaux valorisables et de mousse de soja.
Les différents étages, livrés en open-space, ont été cloisonnés. A l’origine, l’AEV avait souhaité réaliser ces cloisonnements en paille compressée, un matériau à l’excellent bilan-carbone. Faute de fournisseur, ce sont finalement des cloisons en plâtre, avec un isolant acoustique en fibres textiles recyclées, qui sépareront les différents bureaux. Quatre salles de réunion et une salle de conférence d’une capacité de 75 personnes, ainsi qu’une salle de convivialité équipée d’électroménager, qui pourra accueillir les employés souhaitant déjeuner sur place, complètent l’aménagement. L’informatique sera mutualisée entre tous les organismes associés qui s’installeront à la Cité régionale de l’environnement. Ce sont les équipes de l’AEV qui ont assuré l’installation informatique du bâtiment, avant l’arrivée, prévue début 2015, d’un informaticien à plein temps qui répondra à l’ensemble des besoins. Le jardin, équipé pour le moment d’une petite terrasse, sera à terme végétalisé par NATUREPARIF ; l’ensemble des employés y a d’ores et déjà accès.

De quoi se préparer à tourner une nouvelle page de l’histoire de l’AEV… en toute sérénité.

En savoir plus

Une expertise unique au service des agriculteurs franciliens

02.03.17
Une expertise unique au service des agriculteurs franciliens
Depuis le 25 février et jusqu'au 5 mars, l'Agence des espaces verts de la Région Île-de-France est présente au Salon de l'Agriculture, pour faire part de son expertise et de son savoir-faire, notamment à travers l'organisation de plusieurs conférences. Retour sur deux d'entre elles,&n...
Lire la suite

Suivez-nous