La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy
La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy © Hellio - Van Ingen
L'étang du Morillon sur la réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux
L'étang du Morillon sur la réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux © Hellio - Van Ingen
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Visuel Natur'Box AEV
Les animations nature 2017 sont arrivées ! Inscrivez vous dès maintenant sur le site !
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières © Hellio - Van Ingen

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

AEV-ONF: partenariat historique au service des forêts

09.12.13

En septembre dernier, l’Agence des espaces verts (AEV) et l’Office national des forêts (ONF) ont signé une charte de partenariat en présence de leurs équipes. Cet engagement marque une étape importante dans l’histoire qui unit naturellement les deux signataires. Plus largement, elle permet de formaliser et d’organiser le travail que chacun mène dans une même ambition: offrir aux Franciliens des forêts accessibles et durables. Focus.

Clarifier les relations ONF-AEV, dans le cadre du régime forestier et travailler ensemble dans un même esprit : c'est ainsi que pourrait être résumé l’enjeu de la charte de partenariat pour la gestion des forêts régionales franciliennes, récemment signée entre l’ONF et l’AEV.

ONF-AEV: un lien historique et naturel 

Les agents des deux structures n’ont pas attendu cet événement pour travailler ensemble. Au-delà de leurs missions communes de gérer et protéger les forêts, les équipes de l'ONF et de l'AEV sont mues par une même passion et un même respect pour la nature. Elles partagent une vocation qui remonte souvent à l’enfance et beaucoup ont d’ailleurs suivi les mêmes formations.

Pour autant, les uns et les autres ne se connaissaient pas toujours. Les missions respectives, le pilotage des projets et les modes opératoires n’étaient pas toujours clairement identifiés. Pourtant, AEV et ONF sont voués à collaborer ensemble.

Partenaires historiques. En devenant, en 1976, gestionnaire de ses premiers hectares de forêt, l’AEV s’est trouvée soumise aux obligations légales du régime forestier (voir encadré). Outre la mise en œuvre du plan  de gestion de ses massifs (forêts de Ferrières, Célie, Rosny-sur-Seine, La Roche-Guyon...), elle confiait à l’ONF la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre de toutes les missions relatives à la forêt (études, exploitation sylvicole...) et, à ce titre, le rémunérait.

Les choses ont changé en janvier 2004. Au terme d’un rapport de la chambre régionale des comptes d’Île-de-France, qui obligeait la mise en concurrence des prestations réalisées par l’ONF, l’AEV a décidé d’internaliser les missions d’aménagement et de gestion. La fin de ce qui constituait pour l’ONF le plus gros contrat de France métropolitaine, avait instauré une certaine distance entre les deux structures

«Depuis, les liens se sont apaisés, se réjouit Eric Goulouzelle, Directeur général adjoint de l’AEV. L’ONF a répondu aux appels d’offres que nous avons lancés et remporté un certain nombre de marchés.»

Ainsi, les équipes des deux structures se retrouvent souvent sur le terrain pour travailler ensemble. Mais il manquait une répartition claire des missions, compétences et tâches de chacun. Une absence de cadre que la charte est venue combler.

ONF-AEV : un lien formalisé, renforcé et personnalisé

La signature en septembre du partenariat ONF-AEV permet de formaliser, dans le cadre du régime forestier, une répartition des rôles qui s’était progressivement instaurée.

Responsable de la mission gestion, surveillance, chasse et pêche pour l’AEV, Aurélie Ransan a contribué à rédiger cette charte, en lien étroit et régulier avec l’ONF: «Nous disposons maintenant d’un outil qui nous permet de travailler de façon plus homogène et plus fluide. Nous savons ainsi à qui, quand et comment transmettre les informations».

Partage des missions. Par le régime forestier, l’ONF est chargé, pour le compte de l’AEV, de rédiger et de mettre en œuvre les plans de gestion des forêts, par le biais de programme d’éclaircies, de coupes de bois. L’Etablissement public assure également la vente des bois issus de ces coupes.

De son côté, l’AEV prend en charge les travaux forestiers dans les jeunes peuplements, les missions liées à la chasse et l’entretien général, mais aussi l’accueil du public (via des aménagements adaptés) et les actions de sensibilisation à l’environnement et à l’agriculture. Elle réalise également les études préalables, les inventaires et travaux écologiques sur les milieux remarquables comme les mares.

Au service d’une forêt durable. Au-delà d’une indispensable cohérence de gestion, cette charte va aussi permettre de mieux partager les bonnes pratiques respectives, notamment en terme de techniques douces, de biodiversité et de prise en compte de l’écologie dans les massifs forestiers gérés par l'AEV. L'Agence va ainsi faire profiter l’ONF de son expérience en matière de traction animale .

Prochaines étapes: poursuivre la mise en cohérence des unités forestières acquises par la Région pour soumettre plus largement les propriétés de l’AEV au régime forestier. «Plusieurs plans de gestion sont en cours de finalisation, confirme Aurélie Ransan. Au printemps, avant les premiers martelages, nous commencerons la première des réunions régulières instaurées par la charte pour faire un point sur nos projets communs».

Un nouveau chapitre de l’histoire ONF-AEV peut commencer à s’écrire dans les forêts d’Ile-de-France.

VERBATIM

« Nous sommes heureux que l’ONF réalise nos plans de gestion. Nous attendons de cette charte une meilleure prise en compte de la spécificité du propriétaire AEV. »
Eric Goulouzelle, Directeur général adjoint.

Zoom sur le régime forestier

Dans les forêts, dont les collectivités (communes, départements, région...) sont propriétaires, c’est l’Office National des Forêts qui est légalement chargé de mettre en œuvre le régime forestier. Cela comprend les mesures suivantes:

1. Etablissement d’un document d’aménagement (ou plan de gestion sylvicole). Garant d’une gestion durable de la forêt, il programme, sur 10 à 20 ans, les interventions à mener sur l’espace forestier;

2. Gestion forestière: propositions et suivis des travaux à engager au regard du document d’aménagement;

3. Ventes des bois: martelage (désignation des arbres à couper), ventes des coupes et surveillance des exploitations;

4. Instruction des affaires foncières: servitudes, concessions, droits d’usage; 

5. Surveillance: prévention et constatation des infractions forestières et assimilées, constatation des maladies et dommages naturels, défense contre l’incendie.

Ces missions sont rémunérées à travers la perception de frais de garderie qui représentent 12 % du montant des produits du domaine.

Chiffres clés

Avec 283 800 hectares, les forêts couvrent 1/4 du territoire francilien.

  • Si 71% d’entre elles sont privées, le reste fait l’objet de 92,5 millions de visites annuelles.
  • 73 000 hectares de forêts domaniales (domaine privé de l’Etat) et 10 000 hectares de forêts régionales (propriété de la Région Ile-de-France, via l’AEV).
  • 128 agents à l’AEV; 150 agents à l’ONF Ile-de-France (Agences de Versailles et Fontainebleau) dont une trentaine travaillent sur les forêts régionales.
  • 22 forêts régionales bénéficient aujourd’hui du régime forestier, 4 nouvelles le seront d’ici un an.


Trois questions à... François Bland

Directeur territorial Ile-de-France et Nord-Ouest de l’ONF

«Regarder l’avenir ensemble et nous concentrer sur nos missions.»

 

Pourquoi avoir signé une charte avec l’AEV?

Notre collaboration, qui remonte à la création de l’AEV en 1976, se fonde sur une vision commune de la forêt publique : un espace de proximité préservé et ouvert aux Franciliens. Aussi travaillons-nous ensemble sur la gestion durable de la forêt, complexe et délicate en situation périurbaine et sur des questions d’accueil du public ou d’aménagement des massifs en forêt régionale.

Mais depuis 30 ans, le contexte institutionnel et nos propres structures ont évolué: il devenait nécessaire d’actualiser notre partenariat à la lumière de ces changements. La charte vient donc réaffirmer, renforcer et rénover un partenariat tissé entre nous depuis longtemps.

 

Cette formalisation était-elle importante pour vous ?

 

Quand nous avons réuni les agents de l’AEV et de l’ONF concernés par cette charte, je fus frappé de constater combien il était indispensable de mieux se connaître réciproquement, d’échanger sur nos missions et nos actions, de débattre sur les enjeux techniques liés à la forêts. Dorénavant les interlocuteurs respectifs sont ciblés et identifiés. Ils vont pouvoir se connaître et régulièrement se rencontrer.

Cette charte nous permet de regarder l’avenir ensemble et de nous concentrer sur nos missions. A l’ONF, le cœur de notre métier est de nous mettre, au nom du régime forestier, au service des collectivités propriétaires de forêt, afin de leur garantir une gestion durable et une valorisation de leurs ressources.

Mais l’AEV n’est pas une collectivité comme les autres. C’est une structure importante, unique en France, dotée d’équipes capables d’assurer plusieurs missions auparavant confiées à l’ONF. Aussi souhaitait-elle, et c’est normal, que nous élaborions des plans de gestion plus complets, en approfondissant par exemple certains sujets avec des études complémentaires.

Cette charte permet d’en préciser les modalités. Plus globalement, elle apporte des éléments de calendrier, répartit les missions respectives et partage l’organisation du trav

 

En conclusion ?

 

Beaucoup de travail et d'ambitions nous attendent. Je pense notamment à l'aménagement forestier, document cadre de la gestion durable, que nous finalisons ensemble en forêt régionale de Ferrières. Ou à la forêt régionale de Rougeau, où l’AEV vient de confier à nos archéologues la mission de mieux connaître et mettre en valeur un site historique.

Le socle commun dont nous disposons maintenant marque le coup d’envoi d’un nouvel élan tourné vers l’avenir, au service d’une forêt de qualité ouverte aux Franciliens.

 

Extrait de la Charte 

«L’AEV assume notamment les choix qui conduisent aux décisions d’aménagement de ses forêts. Ces choix portent sur le long terme. A ce titre, l’AEV a la pleine responsabilité de prendre les décisions relatives à la destination des produits, au mode de vente des coupes, au prix de retrait, au budget forestier, à la réalisation des travaux, à l’ouverture de la forêt au public, à la gestion de la chasse et de la pêche et aux autres actes de gestion, dans les limites fixées par la loi et le règlement». Chapitre 1.

En savoir plus

Suivez-nous