Espace naturel régional du Plessis Saint-Antoine
Petit pont dans l'espace naturel régional du Plessis-Saint-Antoine
Petit pont dans l'espace naturel régional du Plessis-Saint-Antoine
Espace naturel régional du Plessis Saint-Antoine
Chemin forestier dans l'espace naturel régional du Plessis-Saint-Antoine
Chemin forestier dans l'espace naturel régional du Plessis-Saint-Antoine
Espace naturel régional du Plessis Saint-Antoine

Cliquez ici pour afficher la carte de ce territoire

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Plessis-Saint-Antoine

Ce domaine du Val-de-Marne réunit bois et champs, dessinant un espace de respiration dans le tissu urbain. Il représente l’une des dernières enclaves agricoles du nord-est du département. Les arbres fruitiers y trouvent aussi leur place. Le tout, pour le plus grand bonheur des promeneurs.

Un site agricole dans la ville

L'espace naturel régional du Plessis-Saint-Antoine se situe au Nord-Est du département du Val-de-Marne, à environ 20 kilomètres de Paris.
Entre Plessis-Trévise et La Queue-en-Brie, le site s'inscrit dans la continuité de la Ceinture verte qui relie au Sud, la vallée du Morbras et la forêt domaniale de Notre-Dame, et au Nord, le bois Saint-Martin et les espaces boisés de Marne-la-Vallée. L'espace naturel régional représente, avec la ferme départementale des Bordes, l’une des dernières enclaves agricoles du Nord-Est du Val-de-Marne.

À la recherche de l’héritage du Duc de Luynes

Le domaine du Plessis-Saint-Antoine est, au Moyen-Âge, la propriété de l'abbaye de Saint-Antoine-des-Champs avant d’être celle du duc de Luynes. Le fief de la Lande, sur la ville actuelle de Plessis-Trévise, y est adjoint en 1776 par Louis de Bourbon, Prince de Conti, ébauchant ainsi le territoire de la future commune. Déporté pendant la Terreur, il abandonne son domaine, nationalisé en 1798.
De rachats en rachats par plusieurs propriétaires successifs, une partie du domaine, le fief de la Lande, est absorbée par les lotissements.
Quant au château du Plessis-Saint-Antoine, il est aujourd’hui détruit. Le seul bâtiment restant en témoignage de l’ancien domaine est sa ferme, construite au XIXe siècle.

Futaie de chênes et arbres fruitiers

De l'ancien parc du château du Plessis-Saint-Antoine, subsiste à l’Est une partie boisée. Elle est traversée par l'allée structurante de la Grande Sommière, qui reliait autrefois le château à la porte de la Queue-en-Brie.
Dans ce taillis en pente sous une futaie de chênes et de charmes, on rencontrera aussi merisiers, frênes et tilleuls. Quelques chênes remarquables caractérisent les abords du carrefour de l'Écho.
Depuis son acquisition par l’Agence des espaces verts, le plan de gestion a permis de réaliser des plantations en favorisant l'introduction d'essences fruitières (merisiers, alisiers, pommiers).
Au cœur de la forêt, la mare des Nénuphars et l'étang du Buisson Ardent s’offrent aux insectes et aux oiseaux.
A l'Ouest, les terres agricoles représentent la plus grande part du domaine (68 hectares). Loués dans le cadre d'un bail agricole, ces champs sont exploités à partir de la ferme du Plessis-Saint-Antoine, survivance de l'ancien domaine.

Partir du bon pied

La forêt offre 28 hectares de bois ouverts au public. Les chemins de grande randonnée GR 14 et de grande randonnée de Pays parcourant la Ceinture verte d'Île-de-France longent le domaine régional à l'Est. Aménagés pour les promeneurs et les sportifs, ils représentent un circuit de près de 4 km.

 

Suivez-nous