Parc du château de Monjean ©AEV
Mare sur l'ENS départemental de Montjean ©AEV
Plateau agricole de Longboyau à Wissous ©AEV
Vue sur la plaine de Montjean depuis la colline Cacao à Rungis ©AEV

Cliquez ici pour afficher la carte de ce territoire

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Montjean

Creusée par le ru de Rungis, la plaine de Montjean abrite les dernières terres agricoles du naguère vaste et rural plateau de Longboyau. À la jonction des communes de Rungis, Wissous et Fresnes, cet espace ouvert accueille aujourd’hui grandes cultures, horticulture et un peu de maraîchage. Soucieuse d’y préserver la vitalité agricole dans un secteur abondamment urbanisé, l’AEV y a mis en place en 2015 un Périmètre régional d’intervention foncière.

Un territoire enclavé

La plaine de Montjean est bordée à l’est par les voies autoroutières de l’A6 reliant Paris à l’aéroport d’Orly, celui-ci formant sa limite sud. Au nord et à l’ouest, c’est la ville de Rungis, connue notamment pour son imposant marché national anciennement installé aux Halles de Paris, qui délimite cet espace.

Des pépinières à préserver... et un château à valoriser !

Depuis 1971, des pépinières et autres activités horticoles de la Ville de Paris sont installées sur près d’un tiers de la surface du site. Elles font aujourd’hui partie de son identité et ont vocation à être conservées.
Le domaine du château de Montjean, appartenant à la commune de Wissous, a été recensé Espace naturel sensible (ENS) en 1994 par le Conseil départemental de l’Essonne.

Enjeux multiples pour l’AEV

Par la création d’un PRIF sur la plaine de Montjean, l’AEV souhaite concilier de nombreux enjeux agricoles et naturels, qui doivent cohabiter avec le tissu urbain des communes de Rungis, Wissous et Fresnes.
Grâce à la veille foncière que l’Agence peut désormais assurer, l’agriculture à Montjean pourra être pérennisée.
Le projet agricole, envisagé dans un premier temps à Rungis, permettra d’installer peu à peu des productions maraîchères s’inspirant des méthodes agronomiques de la permaculture. La ressource en eau étant également un enjeu majeur, le PRIF contribuera à promouvoir des pratiques agricoles propres, réduisant le ruissellement et la pollution du ru de Rungis et des sols.
La biodiversité des milieux aquatiques sera également scrutée de près, dans le cadre de la « trame bleue » francilienne.
Enfin, l’AEV s’attache à ce que ces aménagements mettent en valeur les points de vue paysagers vers les lointains, en tirant partie de la topographie particulière du site résultant de l’érosion géologique causée par le ru de Rungis.

Suivez-nous