Troncs coupés sur l'espace régional de Moisson
Troncs coupés sur l'espace régional de Moisson
Fauche hippotractée
Fauche à cheval sur le domaine de Flicourt
Fauche à cheval sur le domaine de Flicourt
Tonte différenciée à l'espace naturel régional des buttes du Parisis
Lumière dorée en forêt régionale de Rosny
Fauche hippotractée en forêt régionale de Ferrières

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Quelle gestion pour nos forêts franciliennes ?

19.07.19
Malgré une forte pression urbaine, la forêt représente en Île-de-France près de 25% de la surface du territoire (280 000 hectares [1]), soit autant que les espaces urbanisés de la région. Facteur essentiel de l’amélioration de la qualité de vie, plus de 4 millions de Franciliens sont pourtant carencés en espaces verts. Un constat que le Plan Vert régional vise à changer en se fixant comme objectif de créer 500 hectares supplémentaires d’ici 2021. Lieu de promenade, de détente et de loisirs, les forêts sont aussi des réservoirs de biodiversité et une ressource pour la filière bois régionale.

Au quotidien, les forêts remplissent donc de multiples fonctions, impliquant des enjeux spécifiques d’aménagement et de gestion. En Île-de-France plus qu’ailleurs, l’objectif est de conjuguer accueil du public, préservation de la biodiversité et développement de la filière bois francilienne. Il s’agit d’un enjeu de gestion durable, notamment porté par la stratégie régionale pour la forêt et le bois 2018-2021, destinée à articuler les différentes fonctions des forêts.

Gestion forestiere 1   
Forêt régionale de Rosny – ©AEV / F. Chenel – L’Agence Nature

Les forêts régionales au cœur de nombreux enjeux

Il existe deux types de propriétaires forestiers : privés et publics. Les espaces forestiers privés (67% de la surface francilienne) ne sont pas toujours accessibles au grand public et peuvent être gérés de manière très variée, selon les choix des propriétaires. Les forêts publiques appartiennent quant à elles majoritairement à des collectivités et relèvent alors du régime forestier.

Selon la Safer et l’IAU, la Ceinture verte d’Île-de-France, zone de tension urbaine, contient la part de forêt publique la plus importante de la région et constitue près de 90% de sa surface ! Cela s’explique en grande partie par la veille et les actions foncières menées par l’AEV, deuxième propriétaire forestier public de la Région après l’État ; ce qui a permis l’acquisition et la gestion de 39 forêts régionales, soit plus de 10 000 hectares. L’objectif ? Préserver des espaces forestiers notamment situés en milieu périurbain, dans le but de conserver cette ceinture verte aux nombreux services écologiques et sociaux.

Relevant du régime forestier, les forêts publiques impliquent la mise en œuvre d’une gestion exemplaire et multifonctionnelle.Selon la loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001, la gestion forestière doit « garantir la diversité biologique de la forêt, sa productivité, sa capacité de régénération, sa vitalité, mais aussi sa capacité à satisfaire, actuellement et pour l’avenir, des fonctions économiques, écologiques et sociales ». En réponse à ce cadre législatif, le document d’aménagement forestier définit les stratégies d’aménagement et d’évolution propres à chaque forêt en considérant l’ensemble de ses fonctions. Ce document se fonde sur un diagnostic préalable de la forêt concernée et programme des interventions à 10 à 20 ans, avec des objectifs propres à chaque forêt, fixés par le propriétaire (pour les forêts régionales, il s’agit donc de l’AEV).

La gestion multifonctionnelle : pour allier le rôle sociétal, environnemental et économique des forêts régionales

La gestion multifonctionnelle, systématiquement appliquée aux forêts publiques françaises, permet de concilier en même temps leurs fonctions sociales (accueil du public), environnementales (préservation de la biodiversité) et économiques (mobilisation du bois).

La France a choisi ce mode de gestion pour ses forêts publiques, inscrit dans le code forestier, contrairement par exemple au modèle anglo-saxon, ayant pris le parti de différencier les espaces entre eux, avec des zones sanctuarisées, des zones dédiées à l’exploitation du bois et des zones dédiées à l’accueil du public.

Gestion forestiere 2
 Forêt régionale d‘Ecouen– ©AEV / F. Chenel – L’Agence Nature

La sylviculture irrégulière : une réponse à la gestion multifonctionnelle

La forêt est un écosystème riche, recélant de nombreux habitats et accueillant, de la canopée, aux racines en passant par les troncs d’arbres, une multitude d’espèces animales et végétales. Ré-enrichissement des sols en minéraux par la chute des feuilles, stabilisation des sols par les racines… chaque composante de la forêt joue par ailleurs un rôle essentiel dans son maintien.

Grâce à un suivi continu, la sylviculture irrégulière, qui s’est développée depuis les années 90, permet de concilier les 3 fonctions principales d’une forêt, notamment à travers :
  • des coupes éparses (absence de coupe rase, passagèrement impactante), minimisant fortement l’impact paysager,
  • la gestion d’une plus grande diversité d’essences forestières et de tout âge, conférant une meilleure adaptation aux changements, qu’ils soient climatiques ou économiques,
  • l’accompagnement de processus spontanés, limitant le recours à de lourds travaux sylvicoles.

La sylviculture régulière, caractéristique du XIX et XXème siècle, est un mode de gestion pouvant également répondre aux exigences de gestion multifonctionnelle. En effet, même si le recours à ce type de sylviculture conduit à la standardisation des caractéristiques de certaines parcelles de la forêt (âge, essence), les 3 fonctions de la forêt restent assurées à son échelle.

Gestion forestiere 3
 Forêt régionale de Rosny – ©AEV / F. Chenel – L’Agence Nature

Les certifications forestières : pour aller plus loin dans la gestion durable

L’Agence des Espaces Verts s’est lancée en 2009 dans les certifications forestières. Ce sont respectivement aujourd’hui 100% et 67% de ses forêts régionales labellisées PEFCTM et FSC®. Ces deux certifications garantissent une gestion durable des forêts régionales par l’AEV, notamment grâce à :
  • la préservation de la richesse des sols,
  • la prise en compte des enjeux environnementaux, paysagers, sociaux et historiques des sites,
  • la mobilisation/prélèvement responsable du bois en accord avec les objectifs du plan d’aménagement propre à chaque forêt.
Il convient aussi de s’assurer du bon équilibre entre usagers. Les forêts régionales, particulièrement fréquentées, sont régulièrement confrontées à des conflits d’usages : promeneurs, cyclistes, cavaliers… Grâce à l’aménagement des forêts régionales et la mise en place de patrouilles équestres et de VTT, l’AEV garantit sécurité et quiétude, notamment à travers la surveillance et la sensibilisation du public.

Gestion forestiere 4 
Brigade équestre de l’AEV - © AEV / Hellio Van Ingen


Car il s’agit aussi d’offrir au grand public la possibilité de profiter d’espaces de respiration préservés et riches d’un point de vue écologique. Un patrimoine forestier régional indispensable pour améliorer la qualité de vie de tous les Franciliens.

[1] https://www.iledefrance.fr/la-foret-en-ile-de-france-un-potentiel-sous-exploite

En savoir plus

Suivez-nous